Copy
Bulletin d'informations du Centre de Thérapies Complémentaires de Sophia-Antipolis.

 

 
 
  Une histoire de ... mouton!
 
  J’ai reçu l’an dernier une jeune fille qui avait vécu ce que nous appelons  « le conflit du mouton » à un stade extrême. Elle avait été si fatiguée qu'elle avait passé plusieurs mois en chaise roulante. Or les examens physiques et neurologiques à l’époque s’étaient révélés normaux. Durant toute cette période d'asthénie profonde, ses amies s'étaient organisées et se relayaient pour l’aider. Puis, petit à petit, elle s'était doucement rétablie sans comprendre ce qui lui était arrivé.
 
Je lui ai alors demandé si, au moment de cette immense fatigue, elle savait quelle direction prendre, entre autres pour ses études. Elle avait reconnu que non, elle n’arrivait pas à savoir ce qu’elle devait choisir et avait passé des mois bien difficiles, à ne pas savoir où aller.
Je lui ai alors raconté une histoire de petit mouton perdu et isolé qui lui a fait comprendre l’origine de son problème. Aujourd’hui, je laisse la parole à Jean-Brice Thivent qui explique cela parfaitement, dans un article paru récemment dans Néosanté.

 

Le conflit du mouton.

« Dans la nature, nombreux sont les animaux qui ne doivent leur survie qu’au fait de vivre en groupe (troupeau, horde, meute, essaim,…). A part les grands prédateurs (tigre, requin blanc…) qui vivent seuls, l’animal ne survit pas hors de son clan. Le troupeau est une entité qui fait masse et qui protège l’individu : « L’union fait la force » ! Raison pour laquelle il est vital que l’animal ne se retrouve pas seul et isolé de son troupeau.
Imaginons un mouton qui s’éloigne de son troupeau et qui finit par le perdre de vue. S’il tente de le rejoindre en choisissant une direction au hasard, la probabilité de choisir la bonne direction est infime. S’il bouge, il risque donc de s’éloigner davantage et de se perdre définitivement. Heureusement, son cerveau (programmé pour sa survie) va mettre en place un programme parfait pour lui donner un maximum de chance de survie : il va envoyer l’ordre de nécroser le cortex surrénalien et bloquer la sécrétion de cortisone. Ainsi, alors que le mouton voudrait être en action et courir, il n’a plus de force pour risquer de s’éloigner du troupeau. Il se retrouve paralysé sur le sol. La peau se pigmente rapidement pour éviter d’être trop visible des éventuels prédateurs (camouflage). Les muqueuses (en noircissant) donnent l’impression que l’animal est mort (comme si les tissus se nécrosaient). Ceci afin d’écœurer les prédateurs qui ne mangent pas les cadavres.
Si, au hasard des mouvements du troupeau (qu’il détectera par la vue, l’ouïe ou l’odorat), il retrouve la bonne direction, le processus s’inverse. Il reconstruit ses surrénales et la nature produit une injection énorme de cortisone et par là même de sucre vers les muscles. Ce coup de fouet lui permettra alors de regagner rapidement son troupeau où il finira sa guérison ...

Le sens de cette maladie est bien de m’immobiliser lorsque je suis perdu afin que je ne puisse pas m’éloigner de mon clan.

 

Une solution pour ne plus s’égarer

L’insuffisance surrénalienne  est donc l’expression du conflit de « se tromper de direction ». Imaginons qu’enfant j’ai vécu le traumatisme de me retrouver seul, perdu au milieu d’une forêt ou au milieu d’une foule sans savoir où aller ; alors je peux programmer cette maladie. Plus tard, si je me retrouve confronté à des choix d’orientation difficiles dans ma vie professionnelle ou familiale, ou si je me sens perdu, isolé… je pourrais déclencher une insuffisance surrénalienne. Ainsi, l’asthénie générée par cette maladie m’empêchera de me déplacer davantage et de me mettre en danger ...
Les surrénales sont les glandes en relation avec la matière, la concrétisation et l’action. Elles nous remettent les pieds sur terre et nous permettent d’avancer ! »

Nous avons tous déjà vécu ce conflit du petit mouton perdu.

Au sens propre comme au sens symbolique, lorsque nous nous sommes trouvés dans l’impossibilité de trouver notre chemin et avions plus envie d’arrêter toute recherche que de poursuivre.

Aurons-nous désormais le réflexe, en présence d’une fatigue importante qui se prolonge, de faiblesse inexpliquée et même de déprime, de nous poser la question « Est-ce que je sais dans quelle direction aller ? Est-ce que je fais ce que je veux faire ? »

Si la réponse est non, la solution alors n’est pas de booster notre organisme, ni même de prendre du repos ! Si nous ne savons pas dans quelle direction aller, si nous en nous sentons pas dans la bonne direction, la solution, c’est de nous écouter, pour entendre les inclinations profondes de notre âme et y répondre. Parfois c’est d’accepter de revoir nos choix, de repérer ceux qui ne correspondent pas vraiment à nos objectifs et de mettre en place les changements qui s’imposent.


Elisabeth Murillo – Thérapeute de Santé
Centre de Thérapies complémentaires – 3 rue Henri Barbara – 06560 VALBONNE

 

 
JOURNÉE INITIATIQUE DANS LE SACRÉ DE LA NATURE
 

Angélina Borési : Thérapeute Psychocorporel, Olfactothérapeute, Relation d’Aide "Écoute ton Corps", Pratique personnelle chamanique
 
Chantal Cason : Psychologue Psychothérapeute, Danse-Thérapie, Longo, Psychogénéalogie
Toutes deux ont suivi des démarches spirituelles approfondies dont le Tantra et divers chemins initiatiques, notamment en Nature sur des sites sacrés…

 
 
Dans l’alliance de lieux spécifiques et d’Onctions sacrées, nous vous guiderons dans des passages initiatiques pour visiter en vous-même des dimensions d’incarnation, chemin et mission de vie, énergies mère / père…

Respiration, souffle, son, marche consciente, réceptivité, écoute de soi, de notre vibration et de celle des lieux...
 
Dans une Nature puissante, agissante, révélatrice, laisser les éléments nous accompagner, nous révéler, nous régénérer… Laisser la Nature nous réaligner à nous-mêmes…
 
"De la Naissance à l’Essence"

 
Groupes limités à 12 participants 70€ pour la journée de 9h à 19h
Inscription validée à réception des arrhes (30 €) Dates au choix : V 8 juillet et D 11 septembre 2016 Lieu : Près de Grasse (06)
 
Contact et Inscriptions
Angélina : 06 12 17 20 67  angelina.bo@free.fr
Chantal 06 67 39 52 57  chantal.cason@gmail.com
 
Bienvenu dans la beauté de ce qui vibre et nous relie!
 
Chantal Cazon – Psychologue et psychothérapeute
Centre de Thérapies complémentaires – 3 rue Henri Barbara – 06560 VALBONNE
 

 

Toute notre équipe vous souhaite un bel été et de belles vacances !
 

Pour nous trouver ...


Plan d'accès



Nous sommes situés tout près de la Médiathèque de Sophia-Antipolis. 

Notre adresse :
3 rue Henri Barbara
06560 Sophia-Antipolis
A propos de vous

Un petit commentaire sur votre dernière séance ?  Cliquez sur ce lien www.therapies-complementaires.net/thérapies choisissez le thérapeute et cliquez sur "en savoir plus"
 


Contact

Elisabeth Murillo
Thérapeute de santé

Tél : 06 64 04 64 92
En savoir plus

Christine Mosser
Ostéopathe
Tél : 06 30 91 99 11
En savoir plus

Chantal Cason
Psychologue Psychothérapeute
Tél : 06 67 39 52 57
En savoir plus

Sandra Schmieder
Réflexologie
Acupression

Tél : 06 24 04 76 62
En savoir plus

Véronique Delor
Fleurs de Bach
Tél : 06 11 94 99 21
En savoir plus

Aurélie Brunclair
Hypnothérapeute
Tél : 06 07 03 17 33

 

Copyright © 2016 Centre de Thérapies Complémentaires




 
Email Marketing Powered by Mailchimp