Copy


ONG Chrétienne de défense des droits de l'homme
depuis 1974. Reconnue d'utilité publique

   Si ce message ne s'affiche pas
   correctement,
cliquez ici.

 

Jeyakumari Balendran (ci-dessus) est une militante tamoule qui mène campagne contre les disparitions forcées au Sri-Lanka.
Son mari a disparu pendant la guerre civile. Deux de ses fils ont été tués. Le troisième a disparu à son tour en 2009 alors qu’il s’était rendu aux forces armées. Il avait 15 ans.

Cette femme courageuse est  aujourd'hui en danger.
 
Le 13 mars 2014, la police sri-lankaise a arrêté Jeyakumari avec sa fille de 13 ans à son domicile. Sa fille a été placée dans un foyer  tandis que la militante tamoule est aujourd’hui incarcérée à Boosa, un centre de détention connu pour son recours à la torture.
La police l’accuse d’avoir hébergé un criminel. C’est en réalité un prétexte pour réduire au silence l’une des leaders de la mobilisation contre les disparitions forcées et pour la punir d’avoir brandi des photos de ses proches face au premier ministre britannique James Cameron, alors en visite sur l’île.
 
L’arrestation de Jeyakumari Balendran est un message clair à l’attention des opposants : voilà ce qu’il en coûte de réclamer justice et de dénoncer les atteintes aux libertés.
Cinq ans après la fin du conflit, l’arbitraire règne au Sri Lanka. L’État de droit s’est effondré. La torture contre les opposants et les délinquants est une pratique routinière et répandue. Il n’y a jamais d’enquête et l’impunité est totale. Les victimes et les témoins sont soumis à des intimidations et à des représailles.
 
L’ACAT appelle les autorités sri-lankaises à libérer immédiatement Jeyakumari Balendran, à veiller à ce qu’elle ne soit pas torturée et qu’elle puisse bénéficier des soins dont elle pourrait avoir besoin.
 
Pour l’aider, elle et toutes les victimes que nous soutenons, nous avons besoin de vous. Plus de 80 % de nos ressources proviennent de votre générosité. L’essentiel de nos moyens pour agir.
 
Merci infiniment pour votre engagement à nos côtés ! 
 

Ps : Vous pouvez aussi agir directement auprès des autorités sri-lankaises en envoyant cette lettre d'intervention.

 
Christine Laroque, Responsable des programmes Asie à l'ACAT.


 

 

Organisme agréé par le Comité de la Charte  du Don en Confiance


 
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Site internet
Site internet