Copy
Routine et structure... Pourquoi ?!?
La structure… rigide ou flexible?
 
Je crois que je suis née organisée et rangée… Et j’ai eu des parents qui m’ont confortée et encouragée en ce sens. Mon cerveau structure tout, tout seul… C’est merveilleux pour être travailleur autonome, mais pas toujours sympa quand je veux me laisser aller ou profiter du moment présent… Je navigue donc entre des moments hyper cadrés et des moments de culpabilité de ne pas arriver à lâcher prise et à me laisser porter par la vie… Je crois donc profondément, et même si ça peut paraitre cliché, que la solution est dans l’équilibre. Apprendre à apprécier mon opposé ou mes zones d’ombres m’aide à profiter pleinement de la vie.
 
Aujourd’hui, je veux vous « vendre » l’idée du cadre, de l’organisation, de la structure… L’objectif de cet infolettre n’est surtout pas de vous faire croire que mon cerveau est meilleur que le votre! Mais peut être un peu de vous faire aimer l’idée d’adopter un peu de routine ou structure dans le quotidien pour aider votre organisme, ou vous donner des idées pour soutenir vos clients pour qui ce pourrait être un défi.
 
Attention : plusieurs mots utilisés peuvent être perçus comme des jugements. Je vous invite à essayer de voir le sens profond des termes et non le jugement social qui pourrait y être attaché. Comme le disait une de mes idoles, Marshall Rosenberg (père de la Communication Non Violente) : « Les mots sont des fenêtres ou des murs » et ce, selon avec quelle intention ils sont employés ou entendus…
 
Pourquoi, même si c’est difficile, adopter une routine?
 
Plusieurs de mes clients (et amis) trouvent difficile de respecter un cadre répétitif ou routinier. Ils me disent se sentir coincés ou éteints de devoir suivre une routine stricte au niveau des heures de sommeil ou de repas par exemple. Parfois ils arrivent à respecter un rythme stable quelques semaines, puis un imprévu leur fait perdre leurs repères et le quotidien se dé structure. Ils peuvent alors vivre de la culpabilité ou du découragement.
 
Malgré cette difficulté, j'ai constaté plusieurs bénéfices chez mes clients et mon entourage. Lorsque cela parait impossible, j'essaie de les encourager à ré essayer, ou à revoir leur routine pour qu’elle leur corresponde plus. Est-ce que les objectifs sont réalistes? Est-ce qu’ajouter un peu de souplesse dans le cadre (des journées de congé, des périodes de la journée plus libre par exemple) pourrait aider à maintenir sur le long terme?
 
Voici des exemples d’effets bénéfiques de la structure ou de la routine :
  • Se coucher avant minuit de façon quotidienne peut avoir un impact positif sur la quantité d’énergie, sur l’humeur ou sur la concentration;
  • Boire de l’eau tous les jours (au moins un litre) peut avoir un impact sur certains inconforts musculo squelettiques, sur des tensions musculaires. Certains de mes clients me disent avoir constaté une diminution de leurs bouffées de chaleurs et une amélioration de leur sommeil, leur énergie et la régularité de leur transit intestinal;
  • Manger à des heures régulières et en prenant le temps peut avoir un impact sur la stabilité de la glycémie, sur l’énergie de la Rate et sur notre énergie au quotidien;
  • Faire de l’exercice, 3-4 fois par semaine peut avoir un impact sur la régulation de la tension artérielle et de la glycémie, sur l’humeur, sur l’anxiété, sur la stabilité de l’énergie.
 
En tant que thérapeute, une partie de mon rôle est de donner des idées pour routine plaisante et souple. L’objectif est que le cadre adopté soit plaisant, joyeux, agréable et qu’il améliore la qualité de vie! Ce n’est surtout pas de se sentir coincé ou privé! Créativité et imagination sont deux grands alliés pour y arriver!
 
Et bien sûr, souligner les bons coups, les améliorations en qualité de vie ou en santé qui en découle et célébrer les réussites sont tout aussi importants pour avoir envie de continuer.
 
Mettre des limites pour respecter les nôtres et le rythme souhaité…
 
Oh la la… Sur ce sujet je ne suis vraiment pas une experte… Mon quotidien est souvent rempli de situations où je ne respecte pas mes limites, ou je dis moi pour éviter de me sentir coupable ou de faire de la peine, ou encore par peur de me sentir rejetée, abandonnée… Et ce pourrait faire le sujet d’une autre infolettre…
 
Je fais ici une petite parenthèse, parce que parfois, la difficulté de dire non est ce qui fait qu’une personne n’arrive pas à mettre en place une structure qui lui convient.
 
Vous est-il déjà arrivé d’avoir toutes les bonnes intentions de vous coucher tôt, de vous faire un bon repas ou d’aller marcher, mais qu’un collègue, ami ou enfant vous demande de l’aide, un service, du soutien et que, paf, votre horaire se défait pour la journée et vous sautiez un repas, un moment de méditation ou d’exercice? Et dire non à ce type de demande peut être sincèrement difficile…
 
C’est selon moi dans la pratique quotidienne de voir l’impact sur moi de ne pas suivre mon cadre ou de le respecter et de me sentir mieux, que j’arrive à dire non, sans me sentir coupable. Mais c’est une pratique de tous les jours… Des fois j’y arrive, d’autres fois non; pas grave, je ré essaierai demain J
 
Ce qui m’aide dans ces moments où je ne respecte pas mes limites?
 
Encore une fois la Communication Non Violente et la capacité de me donner de l’auto empathie; et par périodes, une psychothérapeute qualifiée pour me soutenir dans ce chemin…
 
Et l’impact positif que je constate d’y arriver ?
 
J’ai plus d’énergie. Je suis plus patience avec ma fille. J’ai une meilleure concentration. J’ai du temps pour faire des activités qui me nourrissent personnellement et professionnellement, et surtout, qui ont du sens pour moi, profondément…
 
Alors... quoi faire aujourd'hui?

Je vous invite à prendre le temps de regarder où, dans votre vie et dans votre quotidien, adopter une routine plus régulière serait bénéfique… Les heures de repas? Les heures de coucher? La fréquence de l’exercice? Intégrer une routine de cohérence cardiaque? Ou du temps libre ou de plaisir? Du temps avec les enfants, votre conjoint ou vos amis?
 
Ensuite, essayer de mettre en place une routine ou une structure qui vous permet d’y arriver; et tenter de la respecter au moins trois semaines.
 
Finalement, vous faire un retour, afin de voir ce que cette structure a pu donner. Est-ce que le bilan est positif? À quel niveau? Est-ce qu’il y aurait des ajustements à faire pour que ce soit encore plus plaisant et facile à maintenir sur le long terme?
 
Je considère que nous sommes en constante évolution, « on peut toujours s’améliorer » comme dirait l’autre. Mais pour cela, il faut d’abord prendre le temps de s’observer…
 
À bientôt!
Ateliers en nature pour tous - 23 et 24 juillet 2022
Lejeune (Témiscouata)
Faites vite, il ne reste que quelques places disponibles!

 
Formation en ligne - les inscriptions sont ouvertes pour cet automne!

Contenu informatif seulement

Le contenu affiché par Anne Vastel a pour seul but de fournir au lecteur de l’information et ne devrait pas servir à établir des diagnostics ou prescriptions médicales, ni comme incitation ou encouragement à interrompre des traitements médicaux. Si vous prenez des médicaments ou que vous êtes enceinte ou allaitez, consultez un herboriste accrédité ou un professionnel de la santé avant de prendre des plantes médicinales.
Facebook
Website
Copyright © 2022 Anne Vastel, Tous droits réservés.


Vous voulez changer la façon dont vous recevez nos courriels?
Vous pouvez mettre à jour vos préférences ou vous retirer de cette liste d'envoi.

Email Marketing Powered by Mailchimp