Mise à jour à partir de UNANIMA International
View this email in your browser

Mise à jour: Février 2017

Message de notre nouvelle directrice

Je suis enfin arrivée ici, à New York, au début du mois de janvier et j’ai reçu un accueil très chaleureux de la part des membres de l’équipe d’UNANIMA qui étaient à l’aéroport pour me souhaiter la bienvenue. Je me déplace principalement à pied, en bus et en métro !!

Je suis membre de la Congrégation des Filles de la Sagesse, qui est présente dans le monde entier. Je suis impliquée dans la Mission de justice internationale de cette congrégation depuis de nombreuses années. J’ai tout d’abord travaillé au niveau administratif de la congrégation en tant que Conseillère provinciale, puis en tant que Provinciale d’Angleterre, d’Irlande et d’Écosse pendant 10 ans. J’ai également travaillé pendant huit ans au sein du Conseil de direction de la Conference of Religious of Ireland et au cours de ma dernière année en tant que vice-présidente.

Je défends avec passion la justice, la paix et l’intégrité de la création. J’ai travaillé pendant de nombreuses années avec les sans-abri à Dublin (Irlande), puis en tant que fondatrice de Sophia Housing en Irlande, organisation dont nous célébrons cette année le 20e anniversaire.

Je me sens privilégiée d’occuper le poste de Directrice exécutive d’UNANIMA International. Je suis impatiente d’établir de nouveaux partenariats avec les communautés, les ONG, la société civile et les États membres à l’ONU, dont je suis convaincue des valeurs et du travail, et je m’engage à faire entendre votre voix et celle des pauvres et des opprimés dans le cadre des activités et politiques de l’ONU.

N’hésitez pas à me contacter à tout moment et si je peux venir en aide ou apporter mon soutien à nos communautés, je serai ravie de le faire. Vous pouvez me contacter à ma nouvelle adresse e-mail : director@unanima-international.org.

Recevez tout mon amour et mes bénédictions,
Jean Quinn
 

UNANIMA accueille une nouvelle stagiaire : Colleen Jackson

Colleen est membre de la congrégation RSC (Sœurs de la Charité) d’Australie. Forte de nombreuses années d’expérience dans l’éducation (elle a commencé sa carrière professionnelle en tant que professeure d’éducation physique !), elle travaille depuis 20 ans en tant que psychologue avec un intérêt particulier pour les souffrances et traumatismes. Elle travaille actuellement comme thérapeute/avocate   avec Foundation House (la Victorian Foundation for Survivors of Torture) où elle fournit des conseils spécialisés en torture et traumatisme à des demandeurs d’asile récemment arrivés. Dans le cadre de son travail avec ces derniers, elle effectue aussi régulièrement des visites avec et au nom d’un groupe d’hommes demandeurs d’asile qui sont détenus indéfiniment en vertu des politiques de détermination des réfugiés d’Australie, et apporte son soutien aux femmes et aux enfants de ces hommes dans leur pays d’origine. De plus, Colleen est activement impliquée dans son groupe ACRATH local.

Elle est ravie de participer à un stage au sein d’UNANIMA et impatiente d’enrichir ses connaissances et, elle l’espère, de contribuer au travail de notre organisation !


Nouveaux visages féminins à la direction de l’ONU
 
Ce n’est certes pas une femme qui occupe le poste de Secrétaire général de l’ONU, comme de nombreuses personnes l’avaient espéré, mais cela ne signifie par qu’elle devra attendre cinq années supplémentaires pour voir des femmes devenir plus visibles et influentes en son sein. Dans sa déclaration devant l'Assemblée générale après avoir prêté serment, le Secrétaire général António Guterres a cité l’instauration de la parité hommes-femmes au sein de la direction comme l’un des objectifs principaux de son mandat. Il s’est engagé à instaurer une pleine parité hommes-femmes dans les bureaux du groupe de haute direction et du Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies, y compris des Représentantes spéciales et des Envoyées spéciales auprès du Secrétaire général, d’ici à la fin de son mandat. Jusqu’à présent, Guterres a nommé des femmes aux postes de Secrétaire générale adjointe et Chef de cabinet. Il a également nommé une femme à un nouveau poste de cabinet qu’il a lui-même créé : Conseillère spéciale chargée des politiques. Amina Mohammed (dessus), Secrétaire générale adjointe, était auparavant la ministre de l’Environnement du Nigeria, Conseillère spéciale de Ban Ki-Moon chargée de la planification des Objectifs de développement durable et, avant cela, Conseillère spéciale du Nigeria sur les Objectifs du millénaire pour le développement. Maria Luiza Ribeiro Viotti (dessus à droite), originaire du Brésil, occupera les fonctions de Chef de cabinet, tandis que la Sud-Coréenne Kyung-wha Kang (à gauche) sera la première Conseillère spéciale du Secrétaire général des Nations Unies chargée des politiques. L’équipe d’UNANIMA est impatiente de voir ce que peut apporter l’esprit féminin à ces postes de direction de haut rang. Lisez cet article pour un compte-rendu détaillé de la campagne de parité hommes-femmes de Guterres jusqu’à présent.
 

Deux commissions de l’ONU majeures à l’horizon

Pendant les mois de février et mars, le siège de l’ONU accueillera deux de ses plus grandes conférences annuelles. Du 1er au 10 février, la 55e Commission du développement social (CSocD55) portera sur le thème « Stratégies pour l’éradication de la pauvreté ». Elle sera précédée par un forum de deux jours par la société civile, pendant lequel la communauté non-gouvernementale rédigera une résolution qui sera présentée lors de l’ouverture de la CSocD officielle.

La 61e Commission de la condition de la femme (CCF61) aura lieu du 13 au 24 mars. Elle se concentrera sur le thème « L'autonomisation économique des femmes dans un monde du travail en pleine évolution ».

UNANIMA sera représentée par 10 déléguées lors de la CSocD55 et par 15 déléguées, dont quelques jeunes étudiantes, lors de la CCF61.
 
 
Déni de justice pour une Femme de courage d’UI
 
La famille d’UI tient à exprimer sa compassion et sa solidarité ce mois-ci à Jessica Ernst, notre Femme de courage 2011. À l’époque où elle a remporté ce prix, Jessica menait une longue bataille juridique contre EnCana, un producteur de gaz naturel dont le projet d’hydrofracturation avait contaminé l’eau potable de sa communauté, et contre le gouvernement de l’Alberta, au Canada. Elle était également en procès contre le conseil de direction d’Alberta Energy Regulator (AER), ancienne agence gouvernementale (aujourd’hui une entité indépendante) chargée d’assurer la sécurité, la responsabilité et l’efficacité des exploitations d’énergie dans sa province. Ernst accusait AER de défaut d’enquête et de ne pas avoir pris en compte les préoccupations qu’elle avait présentées, et de la priver de ses droits constitutionnels à une voie judiciaire afin d’obtenir réparation.

Après dix années de procès qui ont coûté directement à Jessica plus de 350 000 $, la Cour suprême du Canada a conclu par une décision partagée à 5 contre 4 qu’en tant qu’agence gouvernementale, AER est immune à toute accusation de violation constitutionnelle. Laura Track, avocate de la BC Civil Liberties Association qui a agi en tant qu’intervenant dans l’affaire, a exprimé de grandes préoccupations concernant les conséquences plus larges de ce verdict. « La [Constitution] garantit à chaque personne le droit à une réparation convenable et juste si ses droits constitutionnels sont violés, mais la majorité de la Cour vient de dire que, dans certaines circonstances, les législatures peuvent exempter certains décisionnaires administratifs gouvernementaux d’un examen fondé sur la Charte. Cette décision a des implications inquiétantes pour les personnes à travers le pays qui cherchent à rendre responsables des décisionnaires nommés par le gouvernement pour des actes inconstitutionnels flagrants », a-t-elle affirmé.

Jessica va continuer son procès pour négligence contre le gouvernement de l’Alberta et EnCana auprès des tribunaux provinciaux de l’Alberta. Aujourd’hui plus que jamais, la communauté UNANIMA se tient à ses côtés dans ce long combat pour la responsabilité des entreprises et gouvernementale. Pour un compte-rendu plus complet des détails du verdict et de l’affaire elle-même, lisez cet article.
 
 
UI parle des réfugiés avec le GSR

En janvier, Teresa Blumenstein, Assistance exécutive d’UI, a été enregistrée par le Global Sisters Report du National Catholic Reporter pour une interview sur les perspectives politiques et démographiques pour les réfugiés et les migrants en 2017. L’article qui en résulte a été produit en reconnaissance de la National Migration Week aux États-Unis, qui a eu lieu du 8 au 14 janvier. En plus de parler des négociations à venir d’un Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, Teresa a été ravie d’avoir la chance de fournir des éclaircissements sur une intersection de deux des domaines prioritaires d’UNANIMA : les changements climatiques et les déplacements humains. Malgré le fait que les personnes déplacées par des conflits armés sont deux fois moins nombreuses que la population qui est déplacée par les changements climatiques chaque année, on parle beaucoup moins dans la presse de cette dernière. Les personnes déplacées pour des motifs climatiques sont aussi particulièrement enclines à être victimes de la politique internationale car elles ne rentrent pas dans la définition légale d’un réfugié et n’ont donc droit à aucune des protections stipulées dans la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés de l’ONU. Du fait que la plupart des personnes déplacées pour des motifs climatiques ne traversent pas de frontières internationales, elles ne sont protégées par aucune convention existante ou future sur les migrants et ne sont pas considérées comme la responsabilité de la communauté internationale. Ce vide politique est particulièrement alarmant compte tenu du fait que la communauté internationale est consciente de sa culpabilité partagée pour les changements climatiques, la principale raison du déplacement de ces personnes. Dans ce contexte, Teresa représente actuellement UNANIMA au sein d’un comité d’ONG concentré sur la promotion et la protection des personnes déplacées par les changements et catastrophes climatiques. L’article complet du GSR est disponible ici. Pour en savoir plus sur le travail du comité sur les déplacements dus aux changements climatiques, lisez sa page sur le site Internet du Comité des ONG sur les migrations.
 

Nouveau Rapport mondial sur la traite des personnes

Alors que nous entamions une nouvelle année, l’ONU publiait un nouveau Rapport mondial sur la traite des personnes. Ce rapport identifie les tendances en rapport avec la traite des personnes et les flux migratoires réguliers avec un pays de destination commun. Il décrit également les tendances de la traite des personnes au sein des pays, entre États voisins et à travers les régions. Parmi ses principales conclusions, on apprend que 71 % des victimes de la traite des personnes sont des femmes ou des filles, un tiers sont des enfants et les facteurs de risque pour être victime de la traite des personnes incluent la présence de crime organisé transnational dans le pays d’origine ainsi que le statut socio-économique. Une version en anglais du rapport complet est accessible ici ainsi que des résumés exécutifs disponibles dans les six langues de l’ONU.
 

Rejoignez la communauté!

Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Website
Website
Copyright © 2017 UNANIMA International, All rights reserved.


unsubscribe from this list    update subscription preferences 

Email Marketing Powered by Mailchimp