Copy
Le courriel ne s'affiche pas correctement? Essayez la version web.

NewsletterHeader_Oct_EN.jpg

NL_Oct_TenthAnniversary.jpg

Dix ans de lutte contre la corruption et de promotion de la saine gouvernance

GOPAC a célébré son 10e anniversaire en octobre. Au cours de la dernière décennie, l’organisation a pris de l’expansion pour inclure plus de 50 sections nationales actives qui travaillent à la promotion de la saine gouvernance et de la primauté du droit à l’échelle de la planète.

Pour souligner cet événement, la section nationale canadienne de GOPAC a organisé un déjeuner animé par le président de la Chambre des communes du Canada. Bon nombre des partenaires de GOPAC et de dignitaires y ont participé, y compris la haut-commissaire adjointe britannique, Mme Corin Robertson, et la présidente de Transparency International (TI), l’honorable Huguette Labelle. Lors du déjeuner, le PDG de GOPAC, John Williams, et l’honorable Huguette Labelle ont parlé de la gravité de la corruption et de l’importance des relations de collaboration entre les organisations comme GOPAC et TI.

Les membres de GOPAC ont eu l’occasion de se remémorer les réalisations des dix dernières années, ce qui comprend :

  • La rédaction et l’adoption de lois sur le recyclage de l’argent par le Parlement du Kirghizistan;
  • La rédaction de deux projets de loi majeurs sur l’accès à l’information et la protection des dénonciateurs et leur dépôt devant le Parlement du Liban;
  • La mise en œuvre de modifications importantes aux lois sur le recyclage de l’argent aux Philippines;
  • La promotion du guide anticorruption et du code d’éthique auprès du Parlement de la Zambie; et
  • Le raffermissement des lois sur le recyclage de l’argent au Mexique.


Une lutte efficace contre la corruption dépend de législateurs habilités dont le travail repose sur des lois rigoureuses. GOPAC et ses membres continueront d’être une force motrice en ce sens dans un nombre croissant de pays dans les décennies à venir.

Separator

NL_Oct_GC_logo_FR.jpg

Cinquième Conférence mondiale des parlementaires contre la corruption

Tous les deux ans, la Conférence mondiale des parlementaires contre la corruption rassemble des membres de GOPAC, des législateurs et des parties prenantes de partout au monde. La prochaine conférence à Manille en 2013 promet d’être tout aussi réussie que celles du passé.

Au cours de la Conférence mondiale de 2013, les membres pourront participer à des séances informatives données par des membres chevronnés de la collectivité anticorruption, comme ceux des groupes de travail mondiaux de GOPAC et des organisations comme le Département des

affaires économiques et sociales des Nations Unies, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, le Bureau de l’Ombudsman des Philippines et Global Partners and Associates.

Les législateurs sont des chefs de file dans la lutte contre la corruption, et la Conférence mondiale de 2013 leur permettra d’apprendre les uns des autres et d’échanger sur leurs expériences. La Conférence mondiale débute le 31 janvier. Vous pouvez vous inscrire dès maintenant au lien suivant : www.gopacmanila2013.com.

Separator

NL_Aug_Facebook_FR.jpg

Separator

NL_Oct_IACC.jpg

Pouvoir au peuple : parlementaires, citoyens et anticorruption

Une délégation de GOPAC participera à la 15e Conférence internationale contre la corruption à Brasilia, au Brésil, du 7 au 10 novembre 2012. GOPAC animera également Pouvoir au peuple : parlementaires, citoyens et anticorruption, réunion d’experts incluant M. Naser Al-Sane, président mondial de GOPAC, M. Ricardo Garcia Cervantes, président de la section régionale America Latina y el Caribe de GOPAC, M. John Williams, PDG de GOPAC, et l’honorable Fernanda Borges, présidente nationale du Timor-Leste.

Les membres du groupe d’experts présenteront à la collectivité internationale anticorruption le travail anticorruption de GOPAC ainsi que son modèle des groupes de travail mondiaux et partageront leurs expériences de différentes

parties du monde – soit des pays arabes, de l’Amérique latine et de l’état naissant du Timor-Leste. Ils répondront aux questions sur la façon dont les législateurs peuvent demeurer actifs auprès de leurs électeurs et sur comment la société civile et les parlementaires peuvent travailler ensemble dans la lutte contre la corruption.

Nous encourageons les membres de GOPAC à participer à cet événement historique en s’inscrivant à la Conférence (http://iacconference.org). Nous vous saurions gré de prendre quelques instants pour aviser Vicki Baxter (vicki.baxter@gopacnetwork.org), conseillère en programmes des GTM de GOPAC, de votre participation.

Separator

Renforcement des capacités en Afrique

NL_Oct_APNACworkshopEN.jpg

Les parlementaires de GOPAC en Afrique ont été très occupés en septembre et en octobre. La section régionale de GOPAC en Afrique, le Réseau des parlementaires africains contre la corruption (APNAC), a animé deux ateliers pour aider à renforcer les capacités de la région et pour discuter des modifications à l’acte constitutif de l’APNAC.

La première réunion a eu lieu en septembre, à Entebbe, Ouganda, et a rassemblé plus de 20 membres et parties prenantes des pays anglophones de l’Afrique. Une seconde réunion, à Dakar au Sénégal, a rassemblé 11 membres des pays francophones de l’Afrique.

À Entebbe, la conseillère en programmes des GTM de GOPAC, Vicki Baxter Amade, a travaillé conjointement avec Transparency International (TI) et l’Institute of Directors (IoD) pour fournir des conseils éclairés sur la gouvernance et l’éthique au cours des discussions sur l’acte constitutif de l’APNAC. Mme Amade a également animé le groupe de travail qui a examiné le code de conduite de l’APNAC et a collaboré à la rédaction du communiqué final de la dernière réunion avec deux coanimateurs.

Aux deux réunions, les membres ont convenu de convoquer une assemblée générale de l’APNAC dans les trois mois.

NL_Oct_APNACworkshopFR.jpg

Separator

NL_Oct_NaserTIJordan.jpg

Transparence, responsabilité et intégrité au Moyen Orient

Dans le cadre de la relation de collaboration continue entre GOPAC et Transparency International, le président de GOPAC, M. Naser Al Sane, a pris la parole lors d’une conférence anticorruption de TI à Amman en Jordanie au début d’octobre. La table ronde intitulée Justice et responsabilité sociale portait sur la transparence judiciaire, la primauté du droit, le rôle de la société civile et la responsabilité sociale.

Cette table ronde était la première d’une série dont l’objectif est d’établir un consensus sur les solutions les plus appropriées au Moyen Orient et en Afrique du Nord (MENA) et de fournir des recommandations pratiques aux preneurs de décisions. La série s’inscrit dans le cadre du programme MENA de TI sur la promotion de la transparence, de la responsabilité et de l’intégrité au Moyen Orient et en Afrique du Nord.

Separator

NL_Oct_RWIEvent.jpg

GOPAC collabore avec le Revenue Watch Institute

Du 26 au 28 septembre à Beyrouth au Liban, la section régionale de GOPAC au Moyen-Orient, le Arab Region Parliamentarians Against Corruption (ARPAC), a coanimé un atelier avec le Revenue Watch Institute. Ce partenariat a su rassembler des législateurs de six pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord pour discuter du processus législatif et de la surveillance de l’industrie pétrolière et minière. Les délégations parlementaires, de divers horizons politiques, représentaient les parties au pouvoir et les parties de l’opposition en Égypte, en Iraq, en Lybie, au Maroc, en Tunisie et au Yémen.

Les participants ont examiné leur rôle dans la surveillance de la gestion des secteurs pétrolier, gazier et minier. Dans bon nombre de

pays riches en ressources, les citoyens ne reçoivent pas leur part du butin, mais sont victimes de la pauvreté, du conflit et de la corruption. À la fin de l’atelier, les participants ont élaboré des plans d’action comprenant des priorités législatives pour chaque pays.

Le PDG de GOPAC, John Williams, a pris la parole au cours de l’atelier pour souligner le rôle fondamental que joue le réseau international de législateurs de GOPAC dans la lutte contre la corruption. Il a rappelé à l’auditoire que, bien que la lutte puisse commencer avec une seule voix, elle a besoin d’une solide et vaste coalition pour porter des fruits.

Separator

NL_Oct_ARPACAGM.JPG

L’ARPAC élit un nouveau conseil d’administration

Les membres de la section régionale de GOPAC au Moyen-Orient, le Arab Region Parliamentarians Against Corruption (ARPAC), se sont réunis à la fin de septembre à Amman en Jordanie pour la cinquième assemblée générale annuelle du ARPAC. La réunion de deux jours a commencé par un atelier sur la Convention des Nations Unies contre la corruption et sur l’ébauche d’une convention arabe contre la corruption. Les membres ont également élu un nouveau conseil d’administration et ont discuté de la stratégie, du plan d’action, des stratégies de financement et du budget de l’organisation.

Le président de GOPAC, Naser Al Sane, et le PDG de GOPAC, John Williams, se sont joints

aux membres de l’Algérie, de Bahreïn, du Koweït, de la Jordanie, du Maroc, de l’Autorité palestinienne et du Yémen. Des législateurs de la Tunisie désirant fonder une section nationale de GOPAC y étaient également.

GOPAC désire souhaiter la bienvenue à M. Mohammed Saadi et à Me Ghassan Moukheiber et les féliciter de leur élection à titre de président et de vice-président du ARPAC respectivement. Se joignent à eux au conseil d’administration M. Azmi Shuaibi comme trésorier et M. Abdullah Boano comme secrétaire. Les membres du conseil ont un mandat de deux ans.

Separator

GOPAC et l’Assemblée de l’UIP

NL_Oct_IPUassembly.jpg

Le PDG de GOPAC, John Williams, a pris la parole lors de la 127e Assemblée de l’Union interparlementaire qui a eu lieu à Québec du 21 au 26 octobre 2012. M. Williams a participé à la réunion d’experts sur l’immunité parlementaire.

Durant son discours, M. Williams a défendu sa position contre l’immunité parlementaire

complète, en affirmant qu’elle est inefficace et désuète. Il a cité la décision récente du Parlement slovaque d’abolir l’exigence d’obtenir une autorisation parlementaire avant de poursuivre un député.

Les relations de collaboration sont essentielles à la lutte contre la corruption. GOPAC était enchanté de pouvoir participer à l’Assemblée de l’UIP. L’UIP est une organisation internationale de parlements établie en 1889. Elle sert de point central pour les discussions parlementaires à l’échelle mondiale et elle œuvre à l’établissement de la démocratie représentative dans les pays du monde entier.

Copyright © 2012 Organisation mondiale des parlementaires contre la corruption (GOPAC), All rights reserved.
Email Marketing Powered by Mailchimp