Copy
Le courriel ne s'affiche pas correctement?Essayez la version web.

NewsletterHeader_Apr_FR.jpg

Croissance des sections nationales de GOPAC

Un des principaux facteurs du succès de GOPAC et de sa lutte contre la corruption est la croissance continue des sections nationales. Mars et avril ont été des mois occupés pour le développement des sections nationales, notamment en raison de la création d’une nouvelle section en Albanie et de la tenue d’une séance d’information sur le renouveau de notre section canadienne, CanPAC.

NL_Apr_Albania.jpg

En Albanie, dix-sept députés, anciens et actuels, ont tenu à la fin de mars leur toute première réunion de GOPAC. Lors de cette réunion, les membres ont élu un comité exécutif et ont nommé Namik Dokle au poste de président de GOPAC Albanie, Ardian Turku à celui de vice-président, et Musa Ulqini à celui de secrétaire. Les membres vont ensuite enregistrer la section et faire le lancement officiel dans les prochaines semaines.

« La corruption et le cancer : deux des fléaux les plus dangereux pour les hommes, les peuples et les pays. Pour lutter contre la corruption sous toutes ses formes, les députés doivent faire preuve d’honnêteté et de bonne volonté. Ils doivent travailler aussi fort que les chercheurs qui luttent contre le cancer. Surmonter ces deux défis sera la plus grande victoire de l’humanité. »
    –Namik Dokle
     Président de GOPAC Albanie

NL_Apr_CanPAC.JPG

Au Canada, des députés, anciens et actuels, se sont réunis au début d’avril à l’occasion d’une séance d’information visant à inviter de nouveaux membres à faire partie de CanPAC. La séance a généré des discussions animées sur l'importance de la section canadienne de GOPAC et sur l'impact que peuvent avoir ses membres sur les efforts anticorruption, au pays et à l’étranger. La réunion d’inauguration officielle aura lieu au début de mai et permettra de faire en sorte que le Canada soit un chef de file dans la lutte mondiale contre la corruption.

 

Guide d’éthique régissant la conduite des parlementaires de GOPAC
TÉlÉCHARGEZ-LE AUJOURD'HUI!

NL_Apr_PECfr.jpg

 
Separator

NL_Apr_GlobalConference.jpg

Manille 2013 : joignez-vous à nous pour lutter contre la corruption

Joignez-vous à nous du 29 janvier au 3 février 2013 à Manille, aux Philippines, pour la cinquième Conférence bisannuelle mondiale des parlementaires contre la corruption. Grâce à nos ateliers, nos groupes de discussion et activités spéciales, nous pouvons mettre sur pied une équipe forte de parlementaires voués à la lutte contre la corruption partout dans le monde.

GOPAC travaille en partenariat avec le sénat des Philippines et les Parlementaires de l’Asie du Sud-Est contre la corruption (SEAPAC) pour faire en sorte que la conférence de cette année soit encore plus réussie que les précédentes. Visitez le site Web de GOPAC pour connaître les développements.

Separator

NL_Apr_TimorLeste.jpg

GOPAC Timor-Leste s’efforce d’améliorer la transparence

La ratification et la mise en œuvre adéquate de la CNUCC sont essentielles à la lutte de tout pays contre la corruption. Cette convention fournit aux pays un cadre de travail et les oblige à mettre sur pied un large éventail de mesures, lois, politiques et procédures anticorruption. Suite à la récente ratification de la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC) par le gouvernement du Timor-Leste, la section nationale de GOPAC a organisé un atelier de deux jours pour faire prendre conscience à ses membres de ce qu’il faut pour mettre en œuvre la CNUCC et améliorer la transparence au pays. Les membres de GOPAC, des députés et des représentants d’autres institutions nationales

du Timor-Leste ont participé à l’atelier, qui a eu lieu à la fin de mars.

« Un effort collectif de la part des citoyens et des institutions nationales est nécessaire pour enrayer la corruption. »
    – Maria Paixao, vice-présidente
      du parlement du Timor-Leste

Cette activité d’envergure a été organisée en partenariat entre GOPAC, le parlement national, l’Union européenne, la Fondation pour l’Asie et la PNUD. Des représentants de la commission anticorruption, du bureau du procureur général et d’organisations non gouvernementales étaient également présents.

NL_Apr_IACCblock_FR.jpg

Separator

Rencontrez un membre de GOPAC

NL_Apr_FernandaBorges.jpg

La force de GOPAC réside dans ses membres dévoués et passionnés. Nos membres sont originaires de partout dans le monde et donnent de leur temps dans l’espoir de créer un monde meilleur et plus prospère où la corruption appartient au passé. Parmi ces membres, citons Fernanda Borges, membre fondatrice de GOPAC Timor-Lest. Elle s’est jointe à l’Organisation en juin 2010. Voici ce qu’elle pense de GOPAC et ce qu’elle fait pour lutter contre la corruption.

Pourquoi vouliez-vous être membre de GOPAC?

Je voulais faire partie de GOPAC parce que j’ai toujours cru que la corruption fait du tort aux gens et est la cause de la grande pauvreté dans certains pays. Je me suis jointe à GOPAC, j’aide le Timor-Leste à être un pays transparent et viable dont les actions sont basées sur des principes de saine gouvernance et de saine gestion financière.

Le réseau mondial de GOPAC me donne aussi l’occasion de rencontrer des membres de GOPAC d’autres pays et ainsi de coopérer et de connaître leurs riches expériences, d’acquérir des connaissances et d’apprendre leurs pratiques exemplaires. Grâce à GOPAC, j’ai davantage confiance que je pourrai laisser quelque chose de bien derriÈre moi au peuple timorais, et apporter ma petite contribution pour faire du monde un endroit meilleur pour les enfants, les femmes et les hommes.

Qu’avez-vous accompli jusqu’à présent dans votre lutte contre la corruption?

À titre de présidente exécutive de GOPAC Timor-Leste, je suis très fière de tous les accomplissements de notre section nationale. Voici quelques exemples de ce que nous avons réalisé jusqu’À présent.

  • Nous avons créé un réseau dans le monde et dans la région. Le Timor-Leste occupe un siège de vice-président au sein de Parlementaires de l’Asie du Sud-Est contre la corruption (SEAPAC), une section régionale de GOPAC.
  • Nous avons mis sur pied un sous-comité du comité parlementaire chargé du budget, des finances et de la lutte contre la corruption voué particulièrement à la lutte contre la corruption et visant à assurer que le parlement demeure axé sur cet objectif.
  • Nous avons adopté la Convention des Nations Unies contre la corruption.
  • Nous avons aidé à adopter une loi visant À créer une commission anticorruption.
  • Nous avons créé un réseau anticorruption formé d’organisations non gouvernementales, d’universitaires, de membres des médias et d’étudiants.
  • Nous avons participé à faire adopter une loi contre le blanchiment de capitaux et le terrorisme.
  • Nous avons sollicité d’autres pays pour qu’ils se joignent à GOPAC et appuient les efforts anticorruption sur leur territoire, dans leur région et dans le monde.

Quel conseil pouvez-vous donner aux nouveaux parlementaires qui désirent former une section dans leur pays?

Il est impossible de lutter seul contre la corruption. Cela demande énormément de courage de s’opposer à un système corrompu et d'amorcer le changement. Bien des fois, vous serez la seule voix, mais soyez assurés que les gens comptent sur vous pour agir en leur nom. Une section de GOPAC aidera les députés à obtenir une forte voix politique et à forcer le parlement à changer.

Il est très facile de mettre sur pied une section nationale. Il faut simplement réunir quelques députés prêts à s’engager à lutter contre la corruption. La constitution, les règles et les ressources sont facilement disponibles sur le site Web de GOPAC.

Une fois la section nationale établie, je vous recommande fortement d’élaborer un plan d’action basé sur la situation dans votre pays. Si votre pays n’a pas encore ratifié la CNUCC, faites-en une priorité. Vous n’avez pas besoin de beaucoup d’argent pour fonctionner. Trouvez quelques donateurs intéressés par votre travail dès le début, dont un organisme qui agira notamment comme secrétariat compétent sur le plan technique qui pourra appuyer les députés et les aider à obtenir des résultats.

Separator

Les parlements toujours essentiels dans la quête populaire pour la démocratie

Au début d’avril, l’Union interparlementaire (UIP) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ont diffusé un rapport conjoint sur l’évolution des relations entre le parlement et les citoyens. Dans ce rapport, l’UIP et le PNUD concluent que les parlements sont soumis à un examen et à une pression accrus de la population plus grande qu’auparavant, particulièrement à ce qui a trait à leur capacité d’exiger des comptes du gouvernement.

« Les citoyens doivent avoir accès à l’information sur les procédures parlementaires, les lois et les politiques et être en mesure de s’engager dans un dialogue continu avec les parlementaires. »
    – Rapport parlementaire mondial

Plus de 125 parlements et 660 députés ont participé à la rédaction du rapport qui vise à aider les assemblées législatives et les politiques à mieux comprendre et à mieux répondre aux attentes de la population. Le rapport souligne également les nombreuses mesures déjà prises par les parlementaires pour s’assurer que les députés rendent plus de comptes, notamment au sujet de l’émergence des organisations de surveillance parlementaire, le nombre grandissant de parlements dotés de codes de conduite et les limites imposées sur la durée des mandats des parlementaires.

NL_Apr_IPUreport.jpg

Le rapport recommande également que les députés, dans le but d’étre plus efficaces, doivent aller plus loin que simplement trouver des solutions individuelles et locales à leur travail dans leur circonscription. Au lieu de cela, les députés devraient transposer les préoccupations des circonscriptions au travail législatif du parlement national afin de trouver des réponses stratégiques et réelles à des problèmes communs.

Visitez le site de l’UIP pour en savoir plus sur le Rapport parlementaire mondial.

Copyright © 2012 Organisation mondiale des parlementaires contre la corruption (GOPAC), All rights reserved.
Email Marketing Powered by Mailchimp