Copy
Le courriel ne s'affiche pas correctement? Essayez la version web.

Transparence dans les industries extractives en Eurasie 

Le Revenue Watch Institute (RWI) et GOPAC ont organisé une conférence sur l’engagement auprès du secteur pétrolier, gazier et minier. L’atelier a été conçu pour améliorer la capacité des parlementaires à optimiser les avantages découlant des ressources pétrolières, gazières et minières pour le bien public. Cette initiative prend appui sur le travail actuel du RWI dans la région.

Des parlementaires de l’Azerbaïdjan, de la Mongolie, du Kirghizistan, du Kazakhstan et de la Russie y ont participé. Le Dr Al Abbadi, président d’ARPAC Jordanie (la section nationale de GOPAC en Jordanie), a parlé des avantages de créer des sections régionales et nationales.
Mme Marie-Jose Bedran a fait part de son expérience auprès de l’Organisation des parlementaires de la région arabe contre la corruption (ARPAC) dans la création et le soutien de sections régionales et nationales.

Les participants ont étendu la sphère de leurs connaissances techniques en matière de gouvernance du secteur des ressources et ont identifié des domaines clés aux fins d’ateliers futurs. Le RWI et GOPAC se réjouissent à l’idée d’une collaboration éventuelle avec les participants grâce à l’établissement de sections nationales de GOPAC.

GOPAC promeut la déclaration de propriété bénéficiaire à la Conférence des États parties

Au cours des derniers mois, GOPAC a utilisé sa déclaration de principe La transparence grâce à la déclaration de propriété bénéficiaire pour inciter les institutions financières à demander une déclaration de propriété bénéficiaire ayant force exécutoire pour toutes les opérations financières.

En novembre, GOPAC s’est joint à l’UNCAC Coalition et à Global Financial Integrity pour promouvoir davantage cette idée parmi les législateurs et les gouvernements à la cinquième Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption.
Sous la direction de Global Financial Integrity, GOPAC a travaillé avec ses membres pour rédiger et soutenir un texte sur l’amélioration des lois concernant la propriété bénéficiaire dans les résolutions sur la prévention et le recouvrement des avoirs. En outre, l’honorable Roy Cullen, en tant que membre du Groupe de travail mondial contre le blanchiment de capitaux, a pris la parole à ce sujet dans le cadre d’une réunion d’experts organisée par l’Initiative pour la restitution des avoirs volés (StAR). Ces mesures ont donné lieu à un texte plus puissant que prévu sur la transparence de la propriété bénéficiaire dans les deux résolutions.

GOPAC lance un nouveau portail pour ses membres

Les combattants de la lutte contre la corruption de partout au monde peuvent maintenant remplir une demande d’adhésion à GOPAC au moyen de notre nouveau portail d’adhésion. Que vous cherchiez à devenir membre à part entière ou demandiez le statut d’observateur, le processus complet se fait en quelques clics. Les membres actuels peuvent également se connecter pour mettre à jour leurs coordonnées.
   
Afin de maintenir la structure des sections régionales et nationales de GOPAC, toutes les nouvelles demandes d’adhésion seront vérifiées par la section correspondante.
Un courriel de confirmation sera envoyé aux nouveaux demandeurs une fois leur adhésion approuvée.

Aidez GOPAC à opérer sans papier et à s’assurer que vous continuez de recevoir toutes nos nouvelles en mettant à jour vos coordonnées ou en vous inscrivant auprès de notre nouveau portail

Profil de membre: Honorable Ali-Hussein Ashal

L’honorable Ali-Hussein Ashal est un membre de YEMENPAC, la section nationale de GOPAC au Yémen, depuis 2005. Voici ce qu’il pense de GOPAC et de la lutte contre la corruption.
Pourquoi vouliez-vous devenir membre de GOPAC?

Je suis devenu membre de GOPAC parce qu’il s’agit d’une des organisations parlementaires les plus importantes qui cherche à gérer les efforts des parlementaires dans leur travail de surveillance du gouvernement, de contrôle des deniers publics et de mise en évidence de la corruption. 
 
Qu’avez-vous réalisé à ce jour dans votre lutte contre la corruption?

Au cours des neuf dernières années, j’ai travaillé à l’adhésion du Yémen à la CNUCC et j’ai participé à l’adoption d’une loi visant à établir une haute commission pour lutter contre la corruption. J’ai participé au dépôt d’une loi sur l’accès à l’information qui a été approuvée au Parlement. Cette loi est une des lois les plus importantes dans la promotion de la transparence et la réduction de la corruption. J’ai également dénoncé certains cas de corruption dans le secteur pétrolier et gazier et j’ai réussi à faire annuler les contrats en question.  
 
Que voulez-vous encore réaliser dans votre lutte contre la corruption?

Dans les années à venir, j’espère :
  • réanimer le rôle des parlementaires dans la lutte contre la corruption parce qu’ils ont les outils législatifs et de surveillance ainsi que les pouvoirs constitutionnels qui leur permettent de gagner ce combat;
     
  • élargir la relation des parlementaires avec les organisations de la société civile qui visent à promouvoir la transparence, la responsabilisation et la lutte contre la corruption;
  • dénoncer la mauvaise influence de la corruption sur la cohésion sociale et sur le processus de développement durable en plus des dommages causés à l’économie et à la richesse nationales;   
     
  • d’attirer l’attention des citoyens et des organisations de la société civile sur l’importance des activités de lutte contre la corruption ainsi que sur l’importance de trouver les secteurs corrompus, de les exposer et d’insister à renverser la situation; et
     
  • d’encourager une culture de transparence et des pratiques connexes, la libre circulation de l’information et des opinions et l’établissement de règles et d’exigences pour créer une saine gouvernance grâce à la démocratie, à la surveillance et à la responsabilisation qui peuvent prévenir la corruption.   
Quels conseils pouvez-vous donner aux nouveaux parlementaires qui veulent établir une section dans leur pays?

Il est essentiel de promouvoir l’idée d’établir une nouvelle section parmi tous les membres du Parlement afin d’atteindre un plus grand nombre de députés, peu importe leur appartenance politique. La section devrait inclure des membres actifs de divers blocs parlementaires. De plus, un code de conduite doit être établi pour tous les membres de la section. Finalement, le leadership de la section doit changer à l’occasion au moyen d’élections régulières. Les sections doivent également collaborer avec les organisations de la société civile et les médias afin de présenter les activités de la section au public.

Nouvelle section sur la corruption à haut niveau sur le site Web de GOPAC 

GOPAC a lancé une nouvelle page sur son site Web consacrée exclusivement à la corruption à haut niveau et à notre projet de lutte contre et de poursuite de la corruption à haut niveau sur la scène internationale. Sur cette page, les parties intéressées et nos membres peuvent consulter des renseignements à jour sur notre stratégie pour satisfaire au mandat établi par nos membres lors de notre conférence biennale en 2013.
La page comprend des documents de référence importants ainsi que des renseignements sur la façon dont nous prévoyons faire avancer ce projet.  
Est-ce que l’information concernant les propriétaires de compagnies devrait être ouvertement disponible au public? 

Partagez vos idées: Question du mois de GOPAC
Facebook
Facebook
Twitter
Twitter
Site Web
Site Web
Courriel
Courriel
Copyright © 2014 Organisation mondiale des parlementaires contre la corruption (GOPAC), All rights reserved.


désabonner de cette liste  | mettre à jour vos préférences d’abonnement 

Email Marketing Powered by Mailchimp