Copy
Le courriel ne s'affiche pas correctement? Essayez la version web.

NewsletterHeader_Mar_FR.jpg

NL_Mar_Beirut1.JPG

Les membres d’ARPAC pressent le gouvernement libanais d’adopter une stratégie nationale anticorruption

Un des principaux avantages d’être membre de GOPAC est la possibilité d’établir un réseau avec des parlementaires afin de se soutenir et de s’encourager mutuellement dans la lutte contre la corruption. C’était bien le cas les 16 et 17 mars dernier, lors de l’atelier de GOPAC à Beyrouth.

Pour l’occasion, 29 membres d’ARPAC venant de bon nombre de pays arabes ont participé à un atelier de deux jours sur les manières d’améliorer la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC) dans leur pays respectif. Après avoir présenté un rapport sur chacun des pays, les membres ont tenté de cibler les possibilités de mettre en œuvre et évaluer plus efficacement la CNUCC à l’échelon national grâce au Sondage sur la

surveillance mondiale de GOPAC. Le groupe s’est engagé à organiser des réunions avec tous les membres de leur section nationale respective afin de répondre au sondage à leur retour de Beyrouth.

Après l’atelier, une délégation de membres a rencontré le Premier ministre afin d’accélérer l’élaboration d’une stratégie nationale anticorruption comprenant la création d’un organe indépendant chargé de la mise en œuvre de cette stratégie. Les préoccupations des membres portaient sur le fait que le Liban a bel et bien ratifié la CNUCC, mais le gouvernement n’a pris aucune mesure pour appliquer les principes de la Convention.

Separator

Les membres d’APNAC Zambie adoptent le code d’éthique

Le 17 mars dernier, APNAC Zambie a organisé une cérémonie d’adoption officielle du code d’éthique lors de sa deuxième assemblée générale annuelle, qui a eu lieu au centre de congrès international Mulungushi, à Lusaka.

Soixante-huit députés ont affirmé leur engagement au code d’éthique. Une importante délégation de représentants d’agences gouvernementales, de missions diplomatiques, du monde des affaires, de la société civile, des médias, et même du public ont assisté à la cérémonie.

Le président sortant d’APNAC Zambie, l’honorable Given Lubinda, s’est adressé aux membres avant la cérémonie, les pressant de réfléchir au sérieux de la déclaration solennelle qu’ils étaient sur le point de prononcer. Il les a incités à accorder une grande valeur à leurs principes d’éthique et à lutter avec passion contre la corruption.

NL_Mar_Zambia1.JPG

La cérémonie a été suivie de l’assemblée générale annuelle d’APNAC Zambie, et de l’élection du nouveau Comité exécutif. Les élections ont été supervisées par Transparency International Zambia (TIZ), le directeur général de TIZ agissant à titre de directeur de scrutin. Le nouveau président d’APNAC Zambie est l’honorable Cornelius Mweetwa, du parti uni pour le développement national, et le nouveau vice-président est l’honorable Geofrey Lungwangwa, du mouvement pour la démocratie multipartite.

Nous désirons exprimer nos félicitations au nouvel Exécutif et nous remercions sincèrement Given Lubinda et les membres sortants de l’Exécutif pour leurs efforts au sein de la section. Nous espérons qu’ils continueront à contribuer aux futures activités de GOPAC.

Separator

NL_Mar_SEAPAC1.jpg

Lutte contre le blanchiment de capitaux aux Philippines

La concussion et la corruption sont depuis longtemps un grave problème aux Philippines et ont coûté cher aux Philippins en termes de progrès et de prospérité. Mais il existe un groupe de parlementaires de GOPAC déterminés à s’attaquer à la concussion et à la corruption au sein du gouvernement et à faire la promotion de la saine gouvernance.

Le 16 mars dernier, GOPAC et les Parlementaires de l’Asie du Sud-Est contre la corruption (SEAPAC) ont tenu un atelier à Manille, aux Philippines, sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC). Le sénateur Angara des Philippines, vice-président de GOPAC et président fondateur de SEAPAC, a présidé l’atelier sur le renforcement de la capacité visant à doter les législateurs et autres intéressés du pays des connaissances et des outils pour lutter contre la corruption. Cela a donné lieu à une évaluation productive et sincère des efforts du pays en ce sens, par l’entremise de la loi philippine contre le blanchiment de capitaux et la CNUCC.

L’atelier a également été l’occasion de renouveler l’engagement de la section nationale de lutter contre la corruption et de promouvoir la saine gouvernance aux Philippines, et ainsi de contribuer à la lutte mondiale contre la corruption grâce à sa participation à GOPAC.

Cet événement d’envergure a même rapproché des délégués du parlement, du gouvernement et des organisations civiques. Les membres ont également accueilli le général Teeradej Meepien, président du sénat de la Thaïlande et vice-président de l’assemblée nationale de ce pays. M. Meepien a mis l’accent sur l’engagement de la Thaïlande de mettre en œuvre des mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et de combattre les régimes de financement du terrorisme. Il a également exprimé son intention de créer une section nationale de GOPAC dans son pays.

 

Le Guide d’action relatif à la lutte contre le blanchiment de capitaux maintenant disponible en français et espagnol

NL_Mar_AMLguide_FR.jpg

 
Separator
NL_Mar_APNACZimbabwe1.JPG

APNAC Zimbabwe tient son assemblée générale annuelle

Les membres d’APNAC Zimbabwe se sont réunis à la fin février pour leur assemblée générale annuelle. La section est fière de compter maintenant dans ses rangs 55 députés. L’assemblée a donné lieu à des discussions sur les activités de l’année écoulée de même que l’élaboration d’un plan d’action pour l’année à venir. Parmi les nombreux engagements d’APNAC Zimbabwe pour l’avenir, citons le renforcement des capacités. Les membres désirent également solidifier les liens d’APNAC Zimbabwe avec d’autres états et acteurs non étatiques intéressés par la lutte contre la corruption, par l’entremise de réunions et d’activités conjointes.

Le président de GOPAC participe au 18e congrès de l’Union parlementaire arabe

L’Union parlementaire arabe a tenu son 18e congrès en mars de cette année. Il s’agit de la première réunion depuis le début du printemps arabe. Dix-huit parlements arabes étaient représentés, sans compter six observateurs, dont GOPAC, qui y assistaient pour la première fois. Naser Al Sane, président de GOPAC, a prononcé une allocution à l’occasion de la séance officielle à laquelle participaient les présidents des parlements et les chefs de délégations. M. Al Sane a souligné le fait que la corruption était la principale motivation et la grande raison des révolutions du printemps arabe, qui a permis de faire tomber des dictateurs corrompus. Il a aussi mis l’accent sur le fait que GOPAC, une organisation de parlementaires, était prête à travailler dans les parlements et avec d’autres parlementaires pour établir des stratégies visant à enrayer la corruption, par le biais d’un programme parlementaire. Enfin, il a recommandé que la résolution finale du congrès tienne compte du besoin pour les parlementaires arabes d’éliminer la corruption à l’échelon national.

Separator

Mines au Burkina Faso : sous la loupe des membres de GOPAC

Le pétrole, le gaz et les minéraux – toutes des ressources naturelles qui ont rendu certains pays extrêmement riches. Mais dans certains de ces pays, les citoyens continuent de vivre dans la misère affreuse. Trop souvent, les redevances et les autres sommes tirées de ces ressources par le gouvernement disparaissent dans une vague de corruption, phénomène facilité par un manque de reddition de comptes de la part du gouvernement.

En février, dans un effort d’accroître la reddition de comptes dans leur pays, les membres du Réseau Burkindi, la section nationale de GOPAC au Burkina Faso, ont pris des mesures importantes dans la lutte contre la corruption. Ils ont examiné un site minier dans la province de Balé. En plus de visiter l’installation, les membres ont discuté avec les directeurs de la mine de lutte contre la

NL_Mar_Burkindi1.jpg

corruption et des mesures pouvant être prises pour s’assurer que tous les citoyens du Burkina Faso profitent un peu de la prospérité engendrée par les ressources naturelles de leur pays. Les membres ont également rencontré des gens de la collectivité vivant près de la mine. Ils ont écouté attentivement les commentaires et les inquiétudes des citoyens.

Après la visite, le Réseau Burkindi a élaboré un ensemble de recommandations à présenter au gouvernement. Les membres prendront toutes les mesures possibles pour renforcer le système actuellement en place et s’assurer que leur lutte contre la corruption est réussie.

Separator

NL_Mar_Burkindi2.jpg

Assurer la transparence des services de sécurité au Burkina Faso

Pourquoi la corruption serait-elle un problème à la frontière ou au sein de la police locale? Qu’est-ce qui pousse des représentants du gouvernement à accepter des pots-de-vin pour faire le travail pour lequel ils sont payés? Qu’est-ce qui amène la corruption dans les forces de sécurité publique?

Les membres du Réseau Burkindi ont cherché des réponses à ces questions au cours d’une visite à Dakola, une ville frontalière du Burkina Faso. Sous l’égide du président du Réseau Burkindi, l’honorable Dieudonné Maurice Bonanet, les parlementaires ont rencontré les agents des services frontaliers et

les policiers, de même que des membres de la gendarmerie. Les groupes étant rencontrés individuellement, les participants ont discuté des dommages personnels et économiques causés par la corruption et ont ouvert le dialogue pour trouver des moyens de lutter contre la corruption. Ils étaient heureux de partager leur opinion. à la fin de la réunion, les membres du Réseau Burkindi comprenaient mieux les problèmes auxquels font face les services de sécurité dans leur pays. Ils avaient aussi recueilli des idées pour assurer une transparence et un comportement éthique sans pareils à tous les paliers de gouvernement.

Copyright © 2012 Organisation mondiale des parlementaires contre la corruption (GOPAC), All rights reserved.
Email Marketing Powered by Mailchimp