Copy
Le courriel ne s'affiche pas correctement? Essayez la version web.

NewsletterHeader_July_FR.jpg

NL_Mar_SEAPAC1.jpg

GOPAC Philippines renforce ses lois contre le blanchiment d’argent

Sous la direction du Président de GOPAC Philippines, le sénateur Edgardo J. Angara, notre chapitre national aux Philippines a fait adopter des amendements importants aux lois anti blanchiment d’argent du pays. Les amendements élargissent la définition de ce qui constitue un blanchiment d’argent et ajoutent à la liste des délits connexes les pots-de-vin, la traite de personnes, l’évasion fiscale, et certaines atteintes à l’environnement. Ces amendements et mesures ont été adoptés presque immédiatement après l’atelier des parlementaires de GOPAC portant sur la lutte contre le blanchiment d’argent et sur la Convention des Nations unies contre la corruption que nous avons co-organisé avec

les Parlementaires de l’Asie du Sud-Est contre la corruption le 16 mars 2012 à Manille, aux Philippines.

Cela a eu pour effet d’améliorer la cote accordée aux Philippines par le Groupe d’action financière sur le blanchiment de capitaux : elle passe de « gris foncé » à « gris », indiquant que ce pays fait des « progrès suffisants » vers la conformité aux normes internationales de lutte contre le blanchiment d’argent. Avant les efforts des membres de GOPAC aux Philippines, ce pays était sur le point de se voir inscrit sur la « liste noire » du Groupe.

Separator

NL_July_GlobalConference_FR.jpg

Separator

NL_July_APNACMali1.jpg

APNAC-Mali marque une victoire dans la lutte contre la corruption

Le chapitre malien de l’Organisation mondiale de parlementaires contre la corruption (GOPAC), le Réseau de parlementaires africains contre la corruption – Mali (APNAC – Mali), a obtenu une victoire historique dans ses efforts pour accroître la reddition de comptes et mettre un terme à la corruption politique partout dans le pays.

Le 27 juin, le gouvernement du Mali a adopté une directive émanant du Cabinet qui soumet toutes les institutions et tous les projets d’État à des vérifications portant sur leur gestion. Il s’agit d’une étape importante dans l’accroissement des contrôles et le renforcement de l’intégrité dans la gestion des ressources publiques du Mali. Cela contribuera à déraciner la corruption et la mauvaise gestion, et à traduire les coupables en justice.

Le gouvernement a annoncé cette directive deux jours seulement après que les parlementaires maliens de GOPAC ont lancé un appel public à la vérification des pratiques de gestion à l’échelle nationale lors d’une conférence de presse de l’APNAC – Mali, à laquelle ont assisté des représentants de onze journaux indépendants, des journaux d’État et de quatre stations de radio. Des réseaux de télévision nationaux et privés ont également retransmis la conférence de presse dans tout le continent. Nous félicitons nos collègues maliens pour cette réussite. L’APNAC-Mali suivra et transmettra les résultats des vérifications nationales pour bâtir une démocratie plus forte, plus crédible et plus transparente au Mali.

Separator

NL_July_Twitter_FR.jpg

Separator

Évaluer les progrès des mécanismes de vérification de l’UNCAC

NL_July_UNCAC.jpg

La Convention des Nations unies contre la corruption (la Convention) est le traité qui inspire les lois internationales de lutte contre la corruption. Cependant, une loi qui n’est pas appliquée n’a aucune valeur. C’est pourquoi, la Conférence des États Parties à la Convention a créé des « mécanismes d’examen de l’application ». Le Groupe d’examen de l’application de la Convention évalue actuellement ces mécanismes.

En juin dernier, le Groupe d’examen de l’application a accueilli 125 États Parties à la Convention lors de sa troisième session à Vienne. Une première y a eu lieu : on y a pour la première fois informé des organisations non gouvernementales civiles. Cela a été possible après de longues négociations multilatérales. Il s’agissait d’une étape importante franchie dans l’établissement d’un système plus ouvert et

plus transparent de mise en œuvre de la Convention.

Le Groupe de travail mondial sur la Convention de GOPAC (GTM-CNUCC) continue d’aider les parlementaires à promouvoir activement la Convention auprès de leurs gouvernements respectifs, d’inciter les pouvoirs exécutifs à mettre en œuvre la Convention dans son intégralité, à demander dans chaque pays que des mécanismes d’examen annuels soient établis et d’exiger que des rapports annuels soient présentés aux Parlements concernés et débattus de façon ouverte et transparente. Le GTF-CNUCC appelle les gouvernements à solliciter activement la coopération de leurs citoyens et des organisations civiles dans l’examen des pratiques relatives à l’application de la Convention.

Separator
NL_July_AnnualReport_FR.jpg

Le rapport annuel 2010-2011 de GOPAC est en ligne


Notre rapport annuel 2010-2011 est maintenant disponible sur notre site Web. Il met en lumière les réussites de l’année passée, notamment le partage des connaissances entre nos membres, notre conférence mondiale au Mexique et l’évolution de notre secrétariat mondial. Le rapport comprend aussi des informations sur notre plan stratégique qui guidera l’organisation dans les années à venir.

Separator

À venir

Août 2012 :
Atelier au Mexique

GOPAC Mexico is hosting a workshop for Mexican Parliamentarians on 2 August 2012. The workshop will equip parliamentarians with the knowledge and skills to help enforce Mexico’s adherence to the United Nations Convention Against Corruption, the Organization of American States’ Inter-American Convention Against Corruption, and the Organisation for Economic Co-operation and Development’s Convention on Combating Bribery of Foreign Public Officials in International Business Transactions.

Septembre 2012 : Rapport sur la surveillance mondial de GOPAC

En septembre, GOPAC publiera son premier rapport trimestriel mondial sur la surveillance. Ce premier rapport se concentrera sur les possibilités et les difficultés liées à la lutte contre la corruption au Maroc. En s’appuyant sur un examen approfondi de l’expérience marocaine, le rapport fournit des exemples de bonnes pratiques et de pièges potentiels dans lesquels les parlementaires pourraient tomber dans leurs efforts pour faire progresser l’intégrité et la reddition de comptes au sein des pouvoirs publics du monde entier.

Copyright © 2012 Global Organization of Parliamentarians Against Corruption (GOPAC), All rights reserved.
Email Marketing Powered by Mailchimp