Copy
Le courriel ne s'affiche pas correctement? Essayez la version web.

NewsletterHeader_August_FR.jpg

NL_August_Australia1.jpg

GOPAC Australie solidifie son programme anticorruption lors d’un atelier national inaugural

Sous la direction du président de GOPAC Australie, le député provincial John Hyde, des législateurs des États de l’Australie-Occidentale et de Victoria se sont réunis en août à l’occasion d’une réunion inaugurale visant à faire avancer les efforts de lutte contre la corruption partout en Australie.

Dans le cadre d’un nouveau plan d’action pour la section nationale, GOPAC Australie a décidé de faire une présentation officielle lors d’une prochaine conférence réunissant des organismes de lutte contre la corruption australiens et d’organiser un atelier sur la surveillance parlementaire, parallèlement à la conférence. La section nationale entend également tenir des séances d’information sur la lutte contre la corruption en plus de la formation offerte aux nouveaux législateurs par les parlements.

La réunion de travail a aussi permis aux participants d’examiner les commissions anti-

corruption des différentes autorités australiennes. Plus particulièrement, les législateurs de l’Australie-Occidentale ont communiqué leurs expériences relativement à la commission anticorruption de leur région, afin d’aider leurs collègues à mettre sur pied leur propre commission à Victoria. Deux chercheurs de la commission de l’Australie-Occidentale ont appuyé la discussion en fournissant d’importants faits sur les procédures de leur commission.

Le président de GOPAC Nouvelle-Zélande, Charles Chauvel, député fédéral, a également assisté à la réunion de travail. Il tiendra un atelier similaire de GOPAC dans son pays.

GOPAC Nouvelle-Zélande a accepté de jouer un rôle de chef de file en parrainant la création de sections nationales de GOPAC en Polynésie, et GOPAC Australie a accepté de faire la même chose pour la Mélanésie.

Separator

NL_August_Mexico1.jpg

La connaissance est la clé de la lutte contre la corruption

Avec à leur tête le sénateur Ricardo Garcia Cervantes, président de GOPAC Amérique latine et Caraïbes et de GOPAC Mexique, des législateurs du Mexique, de l’Amérique latine et des Caraïbes se sont réunis au Sénat du Mexique pour étudier la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC) et d’autres outils internationaux visant à permettre aux législateurs d’exiger des comptes du gouvernement.

Les participants se sont penchés sur la CNUCC, sur la Convention interaméricaine contre la corruption de l’Organisation des États américains (OEA), et sur la Convention sur la lutte contre la corruption d'agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Parmi les présentateurs,

citons le sénateur Garcia Cervantes, Alfredo Jaime Esparza, président du comité d’experts du mécanisme d’examen de la mise en œuvre de la Convention interaméricaine contre la corruption (MESICIC) et directeur adjoint du secrétariat de la recherche et de la politique sur la transparence de la fonction publique, et Eduardo Bohórquez, directeur de Transparencia Mexicana, l’antenne mexicaine de Transparency International.

Les ateliers de GOPAC aident les parlementaires à demeurer à l’affût des développements des lois internationales et des instruments mondiaux de lutte contre la corruption.

Separator

NL_Aug_IACCblock_FR.jpg

Separator

NL_August_Lebanon.jpg

Un premier pas réussi pour des parlementaires du Liban dans la lutte nationale contre la corruption

Notre section nationale au Liban, les Parlementaires libanais contre la corruption (LebPAC), a élargi son réseau de législateurs, rehaussé sa transparence et sa reddition de comptes et renforcé la primauté du droit. Son approche a permis l’élaboration et la présentation de deux projets de loi importants au parlement du Liban, l’un sur l’accès à l’information et l’autre sur la protection des dénonciateurs.

Pendant deux ans, LebPAC, dans le cadre du Réseau national pour le droit à l’accès à l’information, a tenu des réunions d’un groupe d’experts juridiques et politiques chargé de rédiger les projets de loi. Le groupe a présenté au parlement le projet de loi sur l’accès à l’information le 9 avril 2009, et celui sur la protection des dénonciateurs, le 24 juin 2012.

LebPAC et le Réseau national pour le droit à l’accès à l’information ont pour objectif de

sensibiliser la population à ces questions et de continuer à faire pression sur les parties intéressées afin de faire adopter ces deux projets de loi. Ils sont déterminés à faire en sorte que les citoyens aient la possibilité de faire valoir leurs droits d’accès à l’information et de protection en cas de divulgation de corruption.

LebPAC, la Lebanese Transparency Association (association libanaise pour la transparence), l’Association pour la défense des droits et des libertés et l’American Bar Association (barreau américain) ont fondé le Réseau national pour le droit à l’accès à l’information en avril 2008. Le Réseau vise à accroître la transparence et la reddition de comptes, à renforcer la primauté du droit et à augmenter la participation civique au Liban.

Separator

NL_Aug_Facebook_FR.jpg

Separator

NL_August_TimorLeste.jpg

Félicitations aux membres de GOPAC Timor-Leste pour leur succès lors des récentes élections fédérales

GOPAC tient à féliciter quatre de ses membres au Timor-Leste pour leur victoire lors des récentes élections fédérales, et pour leur nomination subséquente à des postes de responsabilité au parlement du pays.

Vincete da Silva Guterres, membre du Conseil des directeurs de GOPAC Timor-Leste, est désormais président du parlement national; Aderito Hugo da Costa, secrétaire du Comité

exécutif de GOPAC Timor-Leste, est désormais vice-président du parlement; Maria Fernanda Lay est désormais secrétaire du président; et Terezinha Viegas est désormais secrétaire d'État pour les affaires parlementaires.

GOPAC se réjouit du rôle de chef de file joué par ces défenseurs de la lutte contre la corruption au parlement du Timor-Leste.

Separator

Activités à venir

Du 3 au 6 septembre 2012 :
Groupe d’étude

GOPAC, en collaboration avec le Groupe Banque mondiale, tiendra un groupe d’étude sur la surveillance du congrès dans les régimes présidentiels à Bruxelles, en Belgique, du 3 au 6 septembre 2012. Le groupe d’étude rassemblera des membres de GOPAC et d’autres experts de partout dans le monde reconnus à l’échelle internationale. Leur recherche s’ajoutera aux ressources de GOPAC à la disposition des parlementaires, notamment nos guides sur la surveillance du congrès et du parlement.

Septembre 2012:
Allocution du président de GOPAC

Notre président, Naser Al Sane, prononcera au début de septembre une allocution à l’occasion d’une conférence à Doha, au Qatar, sur le Printemps arabe. Il s’adressera à un large éventail de partis et d’acteurs politiques participant au mouvement de libération des États arabes. M. Al Sane prononcera également un discours lors d’une conférence à Amman, en Jordanie, organisée par le gouvernement jordanien, sur la lutte contre la corruption. Il fera partie d’un groupe d’experts qui discuteront du rôle des parlementaires dans le maintien de l’intégrité au gouvernement.

Separator

NL_August_Chile2.jpg

GOPAC collabore avec le Chili dans le dossier de l’éthique et du code de conduite parlementaires

En juin dernier, le comité sur l’éthique et la transparence du sénat du Chili a invité des représentants de GOPAC à collaborer avec eux à l’occasion d’un atelier sur l’éthique et le code de conduite parlementaires. GOPAC a participé à une discussion multinationale, à laquelle prenaient aussi part des législateurs du Chili, de l’Argentine, d’El Salvador, de la Colombie, du Costa Rica et du Mexique.

Le PDG de GOPAC, John Williams, a présenté le Guide d’éthique régissant la conduite des parlementaires aux participants. Il était

accompagné du président de GOPAC Amérique latine et Caraïbes, le sénateur Ricardo Garcia Cervantes, de même que du vice-président de cette section nationale, Fernando Pérez Noriega, et du sénateur Juan Manuel Galán, membre de GOPAC en Colombie.

L’atelier a constitué un pas important vers la création d’une section nationale de GOPAC au Chili et a permis aux législateurs du Chili de participer à la lutte mondiale de GOPAC pour la transparence et la saine gouvernance.

Copyright © 2012 Organisation mondiale des parlementaires contre la corruption (GOPAC), All rights reserved.
Email Marketing Powered by Mailchimp