Copy
OLF demande au Conseil de l'Ordre des Médecins de Réagir suite à la fresque représentant un viol collectif visant la Ministre de la Santé
View this email in your browser
COMMUNIQUE DE PRESSE
18 janvier 2015

Osez le Féminisme! demande au Conseil de l’ordre des Médecins de Clermont-Ferrand de réagir suite à la représentation en salle de garde des médecins d’un viol collectif visant la Ministre des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des femmes, Marisol Touraine

Hier matin, sur le Facebook de « Les médecins ne sont pas des pigeons Â» un homme a posté la photo d’une salle de garde d’un Hôpital ou l’on voit une femme subir un viol collectif. L’un des agressseur lui dit « Tiens, la loi Santé ! Â». Osez le féminisme demande au Conseil National de l’ordre des Médecins d'agir au plus vite et de faire supprimer cette fresque et d'agir vis à vis de ses auteurs.

Les médecins utilisent la représentation d’un viol pour montrer leur mécontentement vis-à-vis d’une Ministre et de sa loi. Les bulles critiquant le projet de loi santé ont été ajoutées sur la fresque, antérieure au débat. Elles sembleraient indiquer que la femme violée, habillée en Wonder Woman, symbolise à leurs yeux la Ministre de  la santé. C’est une menace misogyne en sa direction. Le viol est une technique machiste d’anéantissement des femmes.  Pour les auteurs de ces bulles, une ministre, c’est avant tout une femme : un sous-être que l’on peut punir, dominer et s’approprier si elle mécontente leurs désirs - ou leurs revendications politiques.

Rappelons que le viol est un crime massif : en France, chaque année, 75 000 femmes majeures sont violée. Le viol est également massivement impuni. Il faut lutter contre ce type de représentations « grivoises Â» de crimes patriarcaux pour en finir avec la culture du viol, et l’impunité des coupables de ces crimes. Ces représentations érotisent les violences extrêmes. Elles promeuvent l’idéologie oppressive qui les motive : celle de la déshumanisation des filles et des femmes. Sous couvert de « sexualité Â» de « liberté Â» de « gauloiserie Â», elles constituent une incitation à dégrader des femmes.  

Nous demandons donc au Conseil de l’Ordre des Médecins de réagir rapidement et fermement :
  1. D’agir contre les auteurs ou commanditaires de cette fresque et des bulles. Ils contreviennent très clairement aux premiers articles du code de déontologie médicale en France.  L’article 2 et l’article 3 du code de déontologie médicale  ( art R4127-2 et l’article R4127-3 du code de la SantéPublique) indiquent respectivement « Le médecin, au service de l'individu et de la santé publique, exerce sa mission dans le respect de la vie humaine, de la personne et de sa dignité Â» et « Le médecin doit, en toutes circonstances, respecter les principes de moralité, de probité et de dévouement indispensables à l'exercice de la médecine. Â»
 
  1. De mener un travail visant à sensibiliser les médecins et à effacer les fresques représentant des violences faites aux femmes qui existeraient dans d’autres salles de garde. Laisseraient-on ce type de fresque dans d'autres bâtiments publics? La mission des médecins est de soigner, y compris des femmes, y compris des femmes victimes de violences machistes. Les violences faites aux femmes par des hommes, leur caractère massif et la gravité de leurs effets sont ici niés, par ceux qui sont parmi les premiers interlocuteurs des  femmes victimes de violences masculines lorsqu’elles viennent chercher secours. La présence de ce genre de fresque fragilise durablement la confiance que les femmes peuvent avoir dans leur praticien.
Osez le Féminisme! a envoyé un courrier au Conseil National de l’Ordre des Médecins que vous retrouverez ici.

Contact presse: Anne-Cécile Maifert // 06 58 47 72 68// contact@osezlefeminisme@gmail.com

 
Copyright © 2015 Osez le Féminisme !, All rights reserved.


unsubscribe from this list    update subscription preferences