Copy
Visitez le site www.mining.ca.

Dans ce numéro :

Pleins feux sur les succès de l’industrie canadienne du diamant 

 
BHP Billiton, Rio Tinto et De Beers Canada – qui exploitent respectivement les mines de diamant EKATI (maintenant exploitée par Dominion Diamond Corporation), Diavik et Snap Lake dans les Territoires du Nord-Ouest – ont récemment publié un rapport mettant en lumière les transformations qu’a opérées l’industrie dans la région sur une période relativement courte. 
 
Intitulé Measuring Success: The Positive Impact of Diamond Mining in the Northwest Territories (1998-2012), le rapport rend compte du rôle important qu’a joué l’industrie minière dans le développement économique du Nord canadien. Depuis la découverte de diamants dans le territoire il y a environ 20 ans, les trois mines ont participé à la création d’un avenir viable pour la région et ses habitants en favorisant les emplois, le développement des affaires et les investissements dans la communauté. 

 
Approvisionnement nordique
  • Les mines ont dépensé des milliards de dollars auprès d’entreprises nordiques et autochtones.
  • De 1996 à 2011, les trois sociétés minières ont consacré 12,8 milliards à la construction et à l’exploitation des mines. De ce montant, 9,25 milliards (72 %) ont été attribués à des entreprises et coentreprises nordiques, y compris 4,2 milliards (33 %) pour des entreprises autochtones.
  • Un tel niveau de participation de la part des entreprises autochtones est sans précédent dans le Nord, voire dans tout le Canada. 
 
Embauche et formation axée sur les compétences dans le Nord
  • En 2011, les mines employaient au total 1 541 travailleurs du Nord à temps plein, soit 403 personnes de plus que prévu lors des études environnementales.
  • La production de diamants a créé une frénésie sur le marché du travail. De 2001 à 2011, le taux d’emploi du territoire dépassait la moyenne nationale de 9 points.
  • Les trois mines ont investi massivement dans des programmes de formation locaux axés sur les compétences, souvent en partenariat avec les ordres de gouvernements, les communautés autochtones, les établissements scolaires et des agences de formation comme la Mine Training Society.
  • En 2012, plus de 1 400 personnes avaient reçu une formation en vue d’obtenir des emplois bien rémunérés dans les mines de diamants.
 
Investissements dans les communautés nordiques
  • Les trois mines ont investi plus de 10 millions de dollars dans la vie sociale des communautés en appuyant des installations récréatives, des programmes de formation et d’études, des équipes sportives et des évènements culturels.
  • En contribuant à l’amélioration des infrastructures, aux programmes sociaux, aux écoles et aux services de santé, les sociétés ont aussi permis à tous les ordres de gouvernement d’économiser des millions de dollars. 
 
Le rapport souligne également qu’il n’est pas facile de construire et d’exploiter une mine, en particulier dans le nord du Canada où les minières se heurtent à des coûts d’exploitation élevés, un manque d’infrastructures essentielles, des contraintes importantes en matière de main-d’œuvre et à un cadre réglementaire très complexe.
 
« On n’a jamais accordé autant d’intérêt aux trois territoires du Canada et à leur potentiel minéral. Ce rapport permet de comprendre les effets positifs, sur les plans économique et social, qui résultent des activités minières dans le nord du Canada. Il indique aussi les possibilités qui s’ouvrent à nous, surtout si notre industrie a accès aux cadres réglementaire et économique dont elle a besoin pour poursuivre sa croissance. »
 
Pierre Gratton, président et chef de la direction, AMC
 

Industrie canadienne du diamant – Le saviez-vous? 

 
L’industrie du diamant est rapidement devenue l’une des plus grandes réussites de l’activité minière au Canada. Que savez-vous de cette industrie fascinante? 
 
  • Au Canada, l’exploration diamantifère a commencé dans les années 1960. Le premier gisement de valeur économique n’a toutefois été découvert qu’en 1991, dans la région du lac de Gras, dans les Territoires du Nord-Ouest. 
  • Le Canada a officiellement joint les rangs des producteurs de diamants en 1998, à l’ouverture de la mine EKATI, à 300 km de Yellowknife. BHP Billiton a construit et exploité pendant les premiers temps la mine EKATI. La Dominion Diamond Corporation, qui compte parmi les nouveaux membres de l’AMC, détient maintenant une participation de 80 % dans la mine EKATI. 
  • De nombreux autres projets sont en étude, notamment le projet de la mine Gahcho Kué dans les Territoires du Nord-Ouest (une coentreprise de De Beers et Mountain Province Diamonds), le projet diamantifère Renard de Stornoway au Québec et le projet de mine de diamants Star-Orion South de Shore Gold en Saskatchewan. 
  • La mine Victor de De Beers est la seule mine de diamants canadienne située au sud du 60e parallèle; elle se trouve près d’Attawapiskat, en Ontario. L’un des joyaux issus de cette mine est en voie de fracasser le record du plus gros diamant canadien extrait, taillé et poli au Canada. L’entreprise Crossworks Manufacturing taille présentement le diamant brut de 37 carats, qu’elle a acheté de De Beers. On ignore encore qu’elles seront les dimensions et la valeur du diamant une fois taillé et poli, mais certains estiment qu’il pourrait se vendre plus d’un million de dollars au détail.

Vale reconnue pour ses pratiques exemplaires en formation des Autochtones 

 
Le gouvernement fédéral a félicité les pratiques exemplaires adoptées par Vale en matière de formation des Autochtones. Le dernier budget fédéral mentionnait que, de pair avec l’augmentation des débouchés dans le secteur des ressources, les employeurs du secteur privé offrent de plus en plus de programmes de formation professionnelle et de préparation à l’emploi pour s’assurer que les communautés autochtones profitent du développement économique. On a encensé la mine et le projet de concentrateur de Vale au Labrador, car ils offrent de la formation spécialement conçue pour augmenter le taux d’emploi des Autochtones.
 
La mine Voisey’s Bay, terminée en 2005, a été aménagée sur les terres ancestrales des Inuits et des Innus du Labrador. Vale travaille en ce moment au développement de la phase 2, une mine souterraine jouxtant la mine actuelle, dont la construction coûtera un milliard de dollars et nécessitera 800 personnes, soit 400 nouveaux travailleurs à temps plein. La majorité de ceux-ci proviendront des communautés autochtones avoisinantes. L’effectif de la phase 1 est composé à plus de 50 % d’Autochtones issus des communautés du Labrador. En 2012, plus de 80 % des contrats (soit environ 140 millions de dollars) ont été alloués à des entreprises autochtones. Ces réussites découlent des activités de relations et d’embauche menées dès l’étape de développement afin de préparer la main-d’œuvre locale aux emplois disponibles durant la construction jusqu’à la production commerciale.

Pour la phase 2, Vale continuera de consolider sa relation avec les Premières Nations et approchera le gouvernement fédéral à propos des nouvelles enveloppes budgétaires annoncées dans le budget 2013. Les programmes fédéraux de développement des compétences et de formation, offerts par la Joint Voisey’s Bay Employment and Training Authority (JETA) dans le cadre d’un projet pilote, ont permis l’établissement de relations solides avec les communautés locales et créé de nombreuses occasions d’emploi pour les Inuits et les Innus. Le modèle de la JETA a inspiré l’actuel Fonds pour les compétences et les partenariats, qui soutient des programmes semblables en Colombie-Britannique, dans les Territoires du Nord-Ouest et dans le Cercle de feu, en Ontario.

Soutien gouvernemental pour l’exploitation minérale dans le Nord canadien 

 
La décision du gouvernement du Canada de renouveler le programme de géocartographie de l’énergie et des minéraux (GEM) est des plus réjouissantes. Cet investissement facilitera les activités d’exploration dans le nord du Canada. 
 
S’ajoutant à l’enveloppe de 100 millions de dollars sur cinq ans prévue dans le budget de 2008, le nouvel engagement de 100 millions de dollars sur sept ans permettra de continuer ces importants travaux dont bénéficient l’industrie des minéraux, la population nordique et l’ensemble des Canadiens. 

« Notre investissement dans l’exploration des ressources continuera à libérer le plein potentiel économique, minéral et énergétique de la région, tout en générant des recettes pour le gouvernement, des investissements du secteur privé et des emplois. Ces connaissances critiques aideront aussi les gens du Nord à prendre des décisions éclairées au sujet de l’utilisation du territoire et à préserver notre environnement dans le Nord. »
 
- Le très honorable Stephen Harper, premier ministre du Canada
 
Durant sa tournée dans le Grand Nord, en août, le premier ministre Stephen Harper a annoncé un soutien à plusieurs organismes de formation axée sur les compétences, y compris un soutien financier pour la Mine Training Society des Territoires du Nord-Ouest et la création d’un Centre for Northern Innovation in Mining au Yukon. Ces deux établissements visent à aider les Autochotones et les gens du Nord à acquérir la formation et les compétences nécessaires pour exercer un métier au sein de l’industrie minière. 
 
L’AMC appuie fortement de telles initiatives, de même que l’excellente BC Aboriginal Mine Training Association et la nouvelle formation annoncée récemment pour le Cercle de feu de l’Ontario, car elles favorisent la pleine participation des communautés autochtones au sein de l’industrie minière.

L’AMC lance une nouvelle campagne publicitaire sur l’industrie minière canadienne 

 
Cet automne, l’AMC lance une toute nouvelle campagne publicitaire faisant la promotion des contributions de l’industrie minière canadienne. Présentement diffusées dans la région de la capitale nationale, les publicités illustrent de nouveau les liens entre les produits modernes et l’industrie minière, et les contributions de celle-ci à la société. Cette année, nous mettons également à l’avant-plan les nombreux investissements communautaires réalisés par les compagnies minières canadiennes à l’étranger en présentant des projets menés par Barrick Gold, Rio Tinto et IAMGOLD. 
 
Ces publicités seront diffusées dans la foulée de l’activité annuelle de l’AMC, la Journée minière sur la colline, qui aura lieu le 19 novembre 2013. 

L'industrie minière soutient l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne 

 
L'AMC est ravie des progrès que le gouvernement fédéral a réalisés en vue de finaliser l'Accord économique et commercial global (AECG) Canada-Union européenne.
 
« L'accord de principe sur l'Accord économique et commercial global constitue une étape importante qui, une fois finalisée, permettra de supprimer les droits de douane européens actuels sur les produits minéraux canadiens, de faciliter la mobilité de la main-d'œuvre et d'encourager les investissements européens dans le secteur minier canadien. »
 
- Pierre Gratton, président et chef de la direction, AMC
 
Au Canada, l'UE est le deuxième marché d'exportation en importance pour les métaux canadiens, le troisième marché en importance pour les non-métaux et le quatrième marché en importance pour les combustibles minéraux. En moyenne annuelle entre 2010 et 2012, le Canada a exporté pour 20,4 milliards de dollars de produits minéraux et métallurgiques vers l'UE, principalement des pierres et des métaux précieux. Les principales exportations concernent l'or, le nickel, les diamants, l'aluminium et le minerai de fer. Au moment de sa mise en Å“uvre, le nouvel accord permettra de supprimer 98 % des droits de douane européens et canadiens, tout en éliminant progressivement les droits restant au fil du temps. 
 
En plus de la réduction des droits de douane pour les produits métallurgiques, l'accord porte sur les champs d'investissement, la mobilité de la main-d'œuvre et l'amélioration de la coopération en matière de réglementation. L'AECG représente le premier accord commercial bilatéral dans lequel le Canada a intégré des dispositions sur la coopération en matière de réglementation. En instaurant une coopération plus tôt dans le processus de réglementation, les différences d'approche entre le Canada et l'UE pourront être atténuées, diminuant les obstacles au commerce une fois les règlements mis en œuvre.
 
Les dispositions sur le déplacement temporaire de l'AECG permettront aux professionnels hautement qualifiés, comme les ingénieurs et les cadres supérieurs, d'accéder plus facilement à des emplois en UE et vice versa. Par ailleurs, les dispositions de l'AECG relatives aux investissements devraient apporter davantage de certitude, de stabilité et de protection quant aux investissements des deux territoires respectifs.

Deuxième année pour la bourse d’études en économie des minéraux de l’AMC 

 
La bourse commémorative Paul Stothart en économie des minéraux est officiellement ouverte pour une deuxième année. La bourse, d’une valeur de 3 500 $, a été établie en 2012 grâce à la générosité des entreprises membres de l’AMC à la mémoire du regretté Paul Stothart, ancien vice-président des Affaires économiques de l’Association minière du Canada. La bourse sera remise chaque année à un étudiant d’une université canadienne qui, à l’image de Paul, est animé d’une passion et possède des aptitudes pour l’économie des minéraux. 
 
Les candidats doivent effectuer un baccalauréat ou une maîtrise en économie, ou une maîtrise en administration des affaires dans une université canadienne. Les étudiants peuvent soumettre leur candidature jusqu’au 15 mai 2013, et la bourse sera octroyée pour l’année scolaire 2014-2015. Pour obtenir des renseignements supplémentaires concernant la bourse et les critères d’admissibilité, visitez www.mining.ca.

À propos de l’Association minière du Canada
 
L’Association minière du Canada est l’organisme national qui représente l’industrie minière canadienne. Ses membres, qui sont responsables de la majeure partie de la production canadienne de métaux de base et précieux, d’uranium, de diamants, de charbon métallurgique, de pétrole extrait des sables bitumineux et de minéraux industriels, sont présents dans les secteurs de l’exploration minérale, de l’exploitation minière, de la fonte, de l’affinage et de la fabrication de produits semi-finis.
 
Visitez notre site Web ici   •   Suivez-nous sur Twitter

Copyright © 2013 Mining Association of Canada, All rights reserved.
unsubscribe from this list    update subscription preferences