Copy
Visitez le site : mining.ca
View this email in your browser

Dans ce numéro :

LE PREMIER MINISTRE TRUDEAU SOULIGNE L’ADOPTION PAR L’ARGENTINE DE L’INITIATIVE VDMD

Pendant sa visite officielle de novembre en Argentine, le premier ministre Justin Trudeau a salué l’adoption par l’association minière nationale de l’Argentine (CAEM) de l’initiative Vers le développement minier durable (VDMD) de l’Association minière du Canada (AMC), dont il a reconnu la valeur en vue d’améliorer les pratiques sociales et environnementales dans le secteur minier.

« Cette initiative établit des normes visant à améliorer les pratiques sociales et environnementales de l’industrie minière. Nous encourageons le secteur privé à continuer d’accroître son engagement à l’égard de l’exploitation minière responsable et de faire preuve de leadership grâce à l’adoption de pratiques éthiques, sociales et environnementales. »

- Le Bureau du premier ministre


L’entente conclue entre l’AMC et la CAEM en octobre incarne la deuxième adoption de l’initiative VDMD par une association minière étrangère, mais la première en Amérique latine. L’association minière finnoise (FinnMin) l’avait adoptée en novembre 2015. L’AMC partage librement cette initiative avec d’autres pays qui recherchent des outils leur permettant d’améliorer le rendement environnemental et social de leur secteur minier, notamment par l’interaction avec la société civile et les groupes autochtones, de même que par une transparence et une reddition de comptes accrues.

L’AMC et ses membres ont lancé le programme VDMD en 2004. La participation au programme est obligatoire pour tous les établissements des membres de l’AMC en territoire canadien, mais nombreuses sont les sociétés qui ont volontairement adopté le programme pour leurs établissements à l’étranger. Conformément au programme VDMD, les sociétés minières sont tenues d’évaluer chaque année le rendement de leurs installations dans six domaines importants, soit la gestion des résidus, les relations avec les Autochtones et les communautés, la santé et la sécurité, la conservation de la biodiversité, la gestion des crises ainsi que la gestion de l’énergie et des émissions de gaz à effet de serre. Le public peut consulter gratuitement les résultats, lesquels sont vérifiés par un tiers tous les trois ans pour en assurer l’exactitude. Même si la CAEM adaptera ses domaines de rendement en fonction des aspects uniques de son industrie minière, ces domaines devraient ressembler énormément à ceux du Canada.

Pour veiller à ce que le programme VDMD reflète les attentes des intervenants de la société civile et de l’industrie, un groupe consultatif indépendant d’intervenants de groupes d’intérêts multiples a conçu le programme et continue de l’adapter en fonction des besoins de ces intervenants. La CAEM formera également un organisme consultatif similaire qui s’occupera de cette précieuse fonction de surveillance.


« Nous sommes honorés que l’Argentine ait choisi l’initiative VDMD comme élément moteur en vue d’accentuer le rendement environnemental et social de son secteur minier, et nous sommes fiers de la portée grandissante de ce programme à l’échelle mondiale. L’exportation de notre expertise en matière de pratiques minières durables et responsables représente un important moyen nous permettant de collaborer à rehausser le rendement du secteur minier partout dans le monde. »

- Pierre Gratton, président et chef de la direction, AMC

LES MEMBRES DE L’AMC RELÈVENT LA BARRE EN MATIÈRE D’INNOVATION MINIÈRE

L’industrie minière canadienne s’efforce de transformer ses activités grâce à l’innovation. De l’adoption de technologies de production d’énergie à émissions réduites et renouvelables à la création de la première mine « zéro diesel » au monde, l’innovation est un important moyen pour les intervenants du secteur minier de contribuer à la lutte contre les changements climatiques.

L’AMC se réjouit de l’engagement du gouvernement du Canada à investir 1,2 milliard de dollars afin d’appuyer l’innovation dans le secteur minier et les autres secteurs des ressources. Le Conseil canadien de l’innovation minière (CCIM), avec le soutien actif de l’AMC et de ses membres, a élaboré une stratégie pour l’exploitation minière sans résidus visant à transformer en profondeur l’industrie grâce à l’innovation. La stratégie pour l’exploitation minière sans résidus est harmonisée directement avec les priorités gouvernementales en matière d’innovation, de changements climatiques et de technologies propres. Ainsi, le CCIM tente actuellement d’obtenir auprès du gouvernement fédéral un investissement de 50 millions de dollars sur cinq ans. Chaque dollar versé par le gouvernement engendrera une panoplie de contributions en argent et en nature de l’industrie.

Cette stratégie favorisera l’innovation technologique dans le secteur minier canadien dans le but d’éliminer les résidus dans l’exploitation minière et le traitement des minéraux d’ici 10 à 20 ans. Elle mènera à des réductions importantes des émissions de gaz à effet de serre, de la consommation d’eau et des rejets de résidus miniers, ainsi qu’à des améliorations importantes sur les plans de l’efficacité énergétique, de la protection environnementale et de la productivité opérationnelle.

L’INNOVATION EN ACTION : TECK ET LA PRODUCTION D’ÉNERGIE DE REMPLACEMENT

Pour favoriser la transition vers la décarbonisation, Teck s’efforce de réduire son empreinte et de promouvoir l’action environnementale à l’échelle mondiale. Pour ce faire, elle a investi dans des technologies peu polluantes, y compris des sources d’énergie de remplacement. En 2011, Teck s’est fixé l’objectif d’utiliser 100 mégawatts (MW) d’énergie de remplacement d’ici 2030. Comme l’entreprise en avait déjà utilisé 30,7 MW à la fin de 2015, elle est en voie d’atteindre son objectif à long terme.

Avec ses partenaires, Teck a construit un grand parc éolien appelé Wintering Hills en Alberta, ainsi qu’une centrale solaire communautaire appelée SunMine en Colombie-Britannique. Wintering Hills est un parc éolien de 88 MW équipé de turbines de 1,6 MW qui fournissent de l’électricité au réseau. Le parc éolien Wintering Hills a permis à l’entreprise d’approfondir sa connaissance de la production d’énergie. Ces connaissances lui seront utiles pour évaluer d’autres occasions de créer des sources d’énergie à proximité de ses établissements.

La centrale SunMine a été construite sur le site entièrement réhabilité de la mine Sullivan et fait l’objet d’une contribution de deux millions de dollars. SunMine, dont le propriétaire exploitant est la ville de Kimberley, compte 4 032 modules de piles photovoltaïques installés sur 96 miroirs-facettes qui suivent le mouvement du soleil pour optimiser l’exposition. Il s’agit de la plus importante centrale solaire dans l’ouest du Canada, et la première à avoir été conçue, construite et exploitée par une municipalité au Canada. C’est également la première centrale solaire construite sur le site réhabilité d’une mine.



Parc éolien Wintering Hills de Teck, en Alberta.

L’INNOVATION EN ACTION : GOLDCORP VISE À ÉLIMINER LE DIESEL POUR SON PROJET BORDEN

Le projet de mine aurifère Borden de Goldcorp, près de Chapleau, en Ontario, est destiné à incarner la première mine de fond entièrement électrique du Canada. Elle sera la première à miser sur un parc complet d’équipements mobiles à batterie et électriques. 

En plus de réduire les dépenses énergétiques, ces équipements comporteront des avantages considérables sur le plan environnemental. En effet, l’élimination du diesel en faveur d’une alimentation électrique représente la plus importante occasion de réduire les émissions de GES. Les équipements mobiles à batterie et électriques produisent de 20 à 40 % moins de GES et de perte de chaleur que leurs équivalents alimentés au diesel.  

Goldcorp introduira également d’autres technologies énergétiques propres novatrices dans sa mine Borden, notamment un système de ventilation « sur demande » à la fine pointe, des équipements télécommandés permettant une extraction plus continue, une énergie et un entreposage renouvelables, ainsi que des technologies numériques d’extraction minière et de contrôle intelligent. Conjointement, ces technologies propres et novatrices devraient permettre à Goldcorp d’éliminer 75 % des émissions de GES à l’emplacement futur de sa mine.

JOURNÉE MINIÈRE SUR LA COLLINE : UN AUTRE FRANC SUCCÈS 

Nous souhaitons remercier tous les participants à la Journée minière sur la colline tenue par l’AMC le 22 novembre dernier. Des équipes de délégués de l’AMC ont pris part à une cinquantaine de rencontres avec des parlementaires et des membres de leur personnel, ainsi que de hauts fonctionnaires de diverses agences fédérales dont les activités sont axées sur le secteur minier.

Le thème, cette année, était Industrie minière canadienne : Les assises d’un avenir durable. Les délégués de l’AMC ont discuté des manières dont l’industrie minière canadienne pouvait jouer un puissant rôle dans la transition du pays vers un avenir « à faible teneur en carbone », la croissance économique et la diminution du fossé socioéconomique entre les Autochtones et les autres Canadiens. Au chapitre des changements climatiques, l’AMC a souligné qu’une tarification efficace du carbone doit tenir compte des secteurs exposés aux échanges commerciaux, comme le secteur minier, ainsi que des régions vulnérables comme celle du Nord.

Les rencontres ont également été axées sur les importantes occasions d’accroître le développement minier durable, ainsi que les nombreuses contributions qui en découlent au profit des Canadiens. Les intervenants ont toutefois été mis en garde que les décisions réglementaires, fiscales et de politiques minières à brève échéance influeront directement sur la capacité du Canada à saisir ces occasions et à rivaliser avec d’autres pays miniers pour attirer de nouveaux investissements.

L’événement s’est conclu par la réception annuelle de l’AMC, qui a mis en vitrine plusieurs pièces d’exposition de la Monnaie royale canadienne. La secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles et députée de Northumberland—Peterborough-Sud, Kim Rudd, a prononcé un discours reconnaissant l’engagement des membres de l’AMC envers les pratiques minières durables et le rôle unique que peut jouer l’industrie dans l’atteinte des objectifs gouvernementaux en matière de changements climatiques, d’innovation, de réconciliation avec les Autochtones, de même que sur le plan économique.



Pierre Gratton, président et chef de la direction de l’AMC, et Kim Rudd, secrétaire parlementaire du ministre des Ressources naturelles, lors de la réception annuelle de l’AMC.

DÉCLARATION CONSULTATIVE SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES
DU GROUPE CONSULTATIF DES COMMUNAUTÉS D’INTÉRÊTS


Le Groupe consultatif des communautés d’intérêts, un groupe indépendant représentant des intérêts multiples qui conseille l’AMC, a publié une déclaration sur les mesures à prendre par l’Association et ses membres afin de continuer à traiter le problème des changements climatiques.
 
« Aujourd’hui, on demande à tous les secteurs de la société canadienne et mondiale d’assumer leurs responsabilités afin de répondre à la menace la plus sérieuse de notre temps. L’industrie minière a la possibilité d’endosser un rôle de chef de file dans son adaptation à une nouvelle ère, par le recours à des solutions créatives et durables qui permettront une juste transition vers un avenir à faible empreinte carbone. »

- Joy Kennedy, représentante de la catégorie de la foi et de la justice sociale du Groupe consultatif des communautés d’intérêts

La déclaration consultative Relever le défi a pour but d’intensifier et de développer l’engagement de l’AMC et de ses membres à titre de partenaires constructifs dans la lutte planétaire contre les changements climatiques, conformément à la récente publication Principes d’élaboration d’une politique sur les changements climatiques, dans laquelle l’AMC appuie la tarification du carbone à grande échelle.
 
« L’industrie minière canadienne peut faire de la lutte contre les changements climatiques une occasion en or. Il ne s’agit pas uniquement de réduire les émissions et les coûts d’exploitation, mais aussi de solidifier les relations avec les collectivités locales, d’améliorer la divulgation des risques aux investisseurs, et de persuader les Canadiens et Canadiennes de la valeur d’une industrie minière florissante dans un avenir à faible empreinte carbone. »

- Nathan Lemphers, représentant de la catégorie de l’environnement du Groupe consultatif des communautés d’intérêts

Le Groupe consultatif des communautés d’intérêts est un groupe indépendant qui représente des intérêts multiples et qui rassemble des intervenants issus de collectivités autochtones, de communautés dans lesquelles l’industrie minière est active, d’ONG environnementales et sociales, de syndicats et d’institutions financières.

Un rôle clé du Groupe consiste à offrir des conseils relativement aux problèmes prioritaires émergents et actuels et à encourager les sociétés membres de l’AMC à améliorer leur rendement social, environnemental et économique.

La déclaration consultative intégrale est accessible au : www.mining.ca/fr/relever-le-defi
À PROPOS DE L’ASSOCIATION MINIÈRE DU CANADA
L'Association minière du Canada (AMC) est l'organisme national qui représente l'industrie minière canadienne. Ses membres, qui sont responsables de la majeure partie de la production canadienne de métaux de base et précieux, d'uranium, de diamants, de charbon métallurgique et de pétrole extrait des sables bitumineux, sont présents dans les secteurs de l'exploration minérale, de l'exploitation minière, de la fonte, de l'affinage et de la fabrication de produits semi-finis.

Visitez notre site Web ici   •   Suivez-nous sur Twitter
Copyright © 2016 Mining Association of Canada, All rights reserved.


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list