Copy
Visitez le site : mining.ca.

Dans ce numéro :

Prix VDMD 2014 – Pleins feux sur les finalistes 

 
Les finalistes pour les prix Vers le développement minier durable (VDMD) en engagement communautaire et en excellence environnementale ont été choisis. Les gagnants seront annoncés le 12 mai au gala de remise des prix de l’Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole (ICM) lors du congrès 2014 qui se tiendra à Vancouver. 

À l’occasion de la première année de remise de ces prix, un total de 25 candidatures avaient été présentées par des entreprises minières participant à l’initiative VDMD. Maintenant dans sa dixième année, l’initiative VDMD est un programme basé sur le rendement dans le cadre duquel les entreprises minières évaluent et gèrent les responsabilités sociales et environnementales importantes et publient des rapports sur celles-ci. Le comité de sélection, composé de membres du Groupe consultatif des communautés d’intérêts de l’AMC (p. ex., des intervenants), a choisi les finalistes en fonction de critères comme l’innovation, l’implication et l’engagement communautaires ainsi que les résultats des projets. Le rendement VDMD a également servi d’indicateur de l’engagement continu envers la responsabilité d’entreprise.

« Siéger au comité de sélection des prix VDMD a été un grand plaisir. La qualité des candidatures était impressionnante du point de vue de leur contribution au développement local. En fait, choisir les gagnants s’est avéré un vrai défi! »
-    Philip Oxhorn, Professeur en science politique et directeur-fondateur de l’Institut pour l’étude du développement international, Université McGill

« Les nominations pour les tout premiers prix VDMD en engagement communautaire et en excellence environnementale ont été impressionnantes en général et nous avons hâte d’annoncer le nom des deux gagnants en mai au congrès de l’ICM. Nous félicitons les finalistes de cette année dont les projets ont grandement plu au comité de sélection, comme ils correspondaient aux meilleures pratiques en matière d’engagement communautaire et environnemental à l’échelle mondiale. »
-    Pierre Gratton, président et chef de la direction, AMC
 
Les prix VDMD en engagement communautaire et en excellence environnementale visent à reconnaître les projets et initiatives novateurs qui font la promotion du développement durable dans le secteur minier. Veuillez visiter www.mining.ca pour obtenir des renseignements supplémentaires sur les prix VDMD.
Prix VDMD en excellence environnementale – Finalistes 2014

Dominion Diamond Corporation/Rio Tinto : surveillance des grizzlis dans les Territoires du Nord-Ouest 

 
Compte tenu de l’intérêt pour étudier les populations de grizzlis dans la région, la mine Ekati de la Dominion Diamond Corporation et la mine Diavik de Rio Tinto ont mis sur pied un programme visant l’ADN du grizzli dans les Territoires du Nord-Ouest en 2012. Cette étude à grande échelle englobe une zone de 16 000 km autour des mines de diamants et permettra de déterminer si, au fil du temps, les activités minières ont une influence sur l’abondance relative et la répartition des grizzlis.

Des échantillons de poils sont recueillis et soumis à une analyse d’ADN. La compilation des résultats au cours des années qui vont suivre permettra d’obtenir un portrait précis de la zone d’étude de la population de base. Ce programme se répétera tous les trois ans pour comparer les niveaux de population avec l’étude initiale et ainsi déterminer les tendances, comme la croissance ou le déclin des populations, les arrivées des nouveaux individus et les départs ainsi que les dimensions du domaine vital.

Ce projet, qui conjugue la recherche scientifique et le savoir traditionnel, est le projet visant l’ADN des grizzlis le plus important sur le territoire. Il représente également la première collaboration majeure entre les mines de diamants de la région. Depuis le début de ce programme dans les mines Ekati et Diavik, l’entreprise De Beers a également mis sur pied des programmes visant l’ADN des grizzlis à la mine du lac Snap et au projet Gahcho Kué.
 

Syncrude Canada : remise en état novatrice grâce aux tourbières basses dans le nord de l’Alberta 

 
Dans la forêt boréale du nord de l’Alberta, où Syncrude possède une grande exploitation minière des sables bitumineux, les tourbières basses sont répandues et, en raison de leur nature, peuvent prendre des milliers d’années à se former. Ces milieux humides alimentés par de l’eau souterraine et formant de la tourbe sont devenus une source d’inspiration pour Syncrude qui, en 2007, cherchait à transformer une structure de résidus miniers en milieu humide riche.

Possédant très peu de renseignements sur la remise en état des tourbières basses, Syncrude a établi un groupe consultatif technique interdisciplinaire pour créer quelque chose qui n’avait jamais été fait auparavant. C’est ainsi que l’initiative Sandhill Fen Research Watershed est née. Le bassin versant a été construit sur une superficie de 52 hectares de résidus miniers mous recouverts de sable, sur une partie du terrain qui avait été une mine de 60 m de profondeur. En tout, plus de 28 espèces de plantes de milieux humides ont été introduites et la végétation a été choisie pour correspondre à celle qui pousse naturellement dans les tourbières basses de la région. La construction du bassin versant s’est terminée en 2012 et sera étroitement surveillée au cours des 10 à 20 prochaines années.

Ce projet n’en est qu’à ses débuts, mais les résultats sont extrêmement encourageants. Par exemple, des études portant sur la tourbe démontrent qu’il est possible de transplanter la partie vivante de la tourbe de son milieu naturel et de la faire pousser dans une zone nouvellement construite. De plus, de nombreuses plantes indigènes ont pris racine et poussent sans jamais avoir été plantées. Les renseignements recueillis sont précieux pour améliorer les pratiques en matière de remise en état des milieux humides pour Syncrude et pour l’industrie des sables bitumineux dans son ensemble.
 

Vale : surveillance en temps réel de la qualité de l’eau pour les collectivités de Terre-Neuve-et-Labrador

 
La gestion des risques reliés aux cours d’eau est essentielle, tant pour les exploitations minières que pour les collectivités qui en dépendent. Les installations Voisey’s Bay de Vale à Terre-Neuve-et-Labrador, en collaboration avec le gouvernement provincial, ont mis en place des pratiques exemplaires pour l’industrie grâce au partenariat de surveillance en temps réel de la qualité de l’eau, un programme qui fournit des renseignements presque en temps réel (délai de 4 heures) sur la qualité de l’eau qui s’écoule à proximité de la mine et de l’usine de concentration.

Dans le cadre de ce projet, les données sur la qualité de l’eau sont chargées à l’aide d’une liaison par satellite à partir d’une des quatre stations solaires et peuvent être consultées en ligne par le public. Ces renseignements sont utilisés par les membres de la collectivité pour améliorer le savoir traditionnel, puisque le niveau, le débit et la température de l’eau peuvent permettre de prévoir les habitudes migratoires de l’omble chevalier. De plus, le gouvernement provincial peut utiliser ces données pour élaborer la réglementation, le cas échéant, et pour évaluer les risques spécifiques à un site.

En 2003, Vale a été le premier partenaire de l’industrie à participer au programme de surveillance en temps réel de la qualité de l’eau. En 2012, le partenariat s’est développé et l’entreprise a fourni des fonds et de l’équipement supplémentaires pour le programme. Les données sont disponibles depuis le début des activités minières dans la région et, en 2012, Vale et le gouvernement provincial se sont engagés à effectuer un examen approfondi de toutes ces données.
 

IAMGOLD : améliorer la biodiversité par le reboisement des villages au Burkina Faso

 
Les collectivités entourant la mine Essakane d’IAMGOLD dans la région semi-désertique du Sahel au Burkina Faso dépendent des arbres pour faire du feu, cuisiner, nourrir le bétail et pratiquer la médecine traditionnelle. Des arbres ayant dû être coupés pour construire la mine, IAMGOLD a lancé un programme de reboisement en 2009 pour compenser la perte de biodiversité de la région et s’est fixé un objectif de 100 000 arbres (bois vif) avant la fin de ses activités.

Ce projet découle directement des consultations avec la collectivité locale : les résidents ont été impliqués dès l’étape de planification jusqu’à la mise en œuvre du programme. Pour garantir le succès des plantations, IAMGOLD a dispensé une formation de pépiniériste à des groupes de femmes. Ce programme démontre les retombées positives qu’apportent les partenariats entre les sociétés minières et les communautés, le succès de ce projet étant largement dû à son processus participatif et collectif.

Depuis le début du programme, plus de 200 000 arbres ont été plantés. Les zones forestières lorsque la mine cessera ses activités devraient être comparables ou supérieures en matière de dimension, de qualité et de fonction à celles existant sur le site avant la construction de la mine. On prévoit également une augmentation de 30 % du nombre d’arbres considérés comme menacés, rares, en voie de disparition ou protégés dans la zone de projet.
 
Prix VDMD en engagement communautaire – Finalistes 2014

Glencore Canada : attirer et retenir les travailleurs inuits de talent dans le Nord québécois 

 
Située dans le territoire Nunavik, dans le Nord québécois, la mine Raglan du groupe canadien Glencore s’est donnée comme priorité d’attirer et de retenir le plus d’employés inuits possible. Pour y arriver, Glencore a mis sur pied en 2008 le programme Tamatumani (signifiant « second départ » en inuktitut) qui a aidé l’entreprise à augmenter le nombre d’employés inuits de 170 % et à atteindre un taux de maintien de l’effectif de 80 %.

Créé en collaboration avec des partenaires communautaires, le programme encourage le développement de carrière des employés inuits, procure de la formation technique et de base et appuie l’intégration des nouveaux employés inuits. Dans le cadre de ce projet, l’entreprise a créé un centre d’emploi inuit qui gère l’ensemble du processus de dotation et qui conserve une banque de candidatures de personnes intéressées à travailler à la mine. Les représentants du centre rendent visite aux collectivités du Nunavik pour s’assurer que les résidents sont au courant des postes disponibles.

En 2013, Glencore a créé un nouveau programme appelé RIDE (Rapid Inuit Development and Employment) qui complète le programme Tamatumani pour encourager la mobilité interne des employés inuits ayant le plus grand potentiel. Le programme RIDE procure des plans de développement de carrière. Il a établi des partenariats avec des établissements d’enseignement pour offrir aux étudiants inuits des bourses, des emplois d’été et des stages. Depuis le début du programme, 85 postes ont été créés pour des travailleurs inuits dans près de 30 types d’emploi différents. 
 

IAMGOLD : des jardins maraîchers au Burkina Faso

 
Dans la région du Sahel au Burkina Faso, là où se trouve la mine d’or Essakane d’IAMGOLD, le climat est désertique, la température atteignant souvent 45 °C, et il pleut rarement. Les populations dépendent largement de l’élevage de bétail et de la production aurifère pour vivre. Pour améliorer la sécurité et combattre la pauvreté dans la région, IAMGOLD s’est engagée à créer d’autres sources de revenus pour les collectivités vivant près de sa mine.

Avec l’aide des parties intéressées, les jardins maraîchers se sont rapidement imposés comme une occasion d’augmenter les sources de revenus tout en améliorant la sécurité alimentaire et la nutrition. En 2009, 100 femmes de la communauté relocalisée de Marganta comptant 500 membres ont adopté cette pratique en utilisant l’énergie solaire et un système de stockage des eaux offerts par IAMGOLD. Cette innovation a allégé la charge de travail des femmes et leur a permis d’arroser les jardins sans crainte de manquer d’eau. Deux ans plus tard, la technologie d’irrigation au goutte-à-goutte a été ajoutée, ce qui a permis de hausser la production sans augmenter l’utilisation en eau. Les légumes peuvent maintenant être cultivés toute l’année, augmentant ainsi le nombre de récoltes à deux ou trois par année plutôt qu’une seule.

Depuis 2009, près de 400 producteurs (dont plus de la moitié sont des femmes) ont perçu un revenu supplémentaire grâce aux jardins maraîchers et beaucoup d’entre eux ont doublé leur revenu annuel. De plus, on a constaté une augmentation du nombre de personnes qui ont choisi le jardinage plutôt que le lavage de l’or à la batée. Le succès de ce projet a également suscité l’intérêt des villages avoisinants et d’autres sociétés minières qui pourraient faire la même chose dans d’autres régions.

Rio Tinto/Compagnie minière IOC : gérer la croissance dans l’ouest du Labrador 

 
La région de l’ouest du Labrador, comprise entre Labrador City et Wabush, est un bon exemple de la manière dont l’industrie minière peut créer des villes modernes. Au fur et à mesure que les villes se développent et grandissent, elles peuvent faire face à des pressions, notamment la hausse des prix du transport et des logements, un manque de services sociaux et d’infrastructure et la difficulté d’attirer et de retenir des employés qualifiés.

En 2006, la Compagnie minière IOC, une filiale de Rio Tinto, a voulu répondre à certaines de ces pressions en mettant sur pied un comité consultatif communautaire, soit un groupe local qui agit à titre de forum de consultation pour l’entreprise. À l’origine, IOC ne visait que Labrador City. Elle a cependant décidé d’élargir la portée du comité afin qu’il couvre toute la région de l’ouest du Labrador, compte tenu de la croissance rapide dans la région. Le comité est actuellement coprésidé par IOC et Cliffs Natural Resources, et ses membres se rencontrent régulièrement pour partager l’information et élaborer des solutions qui seront avantageuses pour les collectivités locales.

En 2012, IOC a été encore plus loin en créant un groupe d’intervention régional pour compléter les efforts du comité. Le groupe d’intervention peut acheminer les questions au gouvernement, s’il y a lieu, et comprend des cadres supérieurs d’IOC, de Cliffs Natural Resources et d’autres sociétés minières, ainsi que de hauts responsables des gouvernements provincial et municipal. Ensemble, ces groupes ont généré des résultats positifs pour la région, notamment en revendiquant des logements abordables, en travaillant pour assurer à la région une infrastructure communautaire et des services d’urgence et de santé adéquats et en s’unissant aux établissements d’enseignement pour améliorer l’éducation et la formation.
 

Vale : assurer la prospérité économique à long terme de Thompson (Manitoba)

 
Communauté minière depuis la fin des années 1950, la ville de Thompson est devenue un carrefour de services régional et une porte d’entrée pour le nord du Manitoba. Cependant, l’instabilité économique et le fait que Vale réduira ses activités d’ici 2015 avec la fermeture de sa fonderie et de son affinerie ont mis en évidence le besoin de diversification de la base économique de la région.

Cinq ans avant le projet de démantèlement partiel, Vale a réagi de manière proactive et financé dans son entièreté un plan de lancement du groupe de travail sur la diversification économique de Thompson. Ce groupe a mis sur pied des plans d’action pour le développement et la diversification économiques dans le cadre du projet d’une durée de deux ans. Ce groupe hautement collaboratif comprenait des représentants du conseil tribal de Keewatin, de Manitoba Keewatinowi Okimakanak, de la nation des Cris de Nisichawayasihk, de la Ville de Thompson, de la Fédération des Métis du Manitoba, de la Chambre de commerce de Thompson et bien d’autres.

Les collectivités ont participé à la définition des priorités du groupe, qui visaient les obstacles ainsi que les aspects sanitaires, éducatifs, sociaux et économiques. Les plans d’action du groupe ont maintenant été transférés aux groupes communautaires et aux organismes participants pour leur mise en œuvre. Ce processus représente un engagement sans précédent des parties intéressées et de la communauté financé entièrement par une société minière près de cinq ans avant un projet de démantèlement partiel afin d’assurer le développement financier durable de la région.
 

Dix ans de l’initiative VDMD

 
Lancée en 2004, l’initiative VDMD de l’AMC célèbre 10 ans passés à améliorer le rendement d’installations minières partout au Canada et ailleurs dans le monde.

Au fil des ans, l’initiative VDMD a franchi de nombreuses étapes importantes et a été reconnue par des organisations réputées pour son effet positif sur l’industrie minière canadienne. Elle a été primée par la Globe Foundation en 2005, par l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs en 2012 et par les Excellence in Corporate Responsibility Awards en 2013. Ces derniers sont soutenus par un groupe d’experts réputés dans le domaine de la durabilité, y compris Green Living Enterprises, la Canadian Business for Social Responsibility, le CIRAIG (Interuniversity Research Centre for the Life Cycle of Products, Processes and Services), The Natural Step Canada, Jantzi-Sustainalytics, Corporate Knights, Pembina Institute, SustainAbility et Bob Willard.

L’application de l’initiative VDMD s’est étendue au-delà des membres de l’AMC. En 2011, l’Association minière de la Colombie-Britannique (MABC) a adopté l’initiative VDMD pour ses membres. L’AMC continue de collaborer avec la MABC pour dispenser une formation aux membres de cette dernière afin de les préparer à la mise en Å“uvre et la production de rapports publics. L’AMC continue également d’encourager les autres associations provinciales à suivre l’exemple de la MABC. 

« Il est évident que les efforts de l’AMC visant à créer une industrie plus rentable, plus performante et plus responsable permettent de développer de meilleures pratiques. »
– Five Winds International (2008)

« L’initiative VDMD procure des renseignements importants et détaillés sur des questions qui peuvent représenter un risque pour l’exploitation et la réputation des sociétés minières et de leurs actionnaires. »
– Irene Sosa, analyste principale, Sustainalytics (2013)

L’initiative VDMD a réussi à entraîner un progrès continu dans le secteur minier. Les résultats, qui s’améliorent continuellement depuis le début de l’initiative, en sont la preuve. Pour voir les résultats détaillés des installations, consultez le site www.mining.ca.

Deuxième année pour la bourse d’études en économie des minéraux de l’AMC

 
La bourse commémorative Paul Stothart en économie des minéraux est ouverte pour une deuxième année. La bourse, d’une valeur de 3 500 $, a été établie en 2012 grâce à la générosité des entreprises membres de l’AMC à la mémoire du regretté Paul Stothart, ancien vice-président des Affaires économiques de l’Association minière du Canada. La bourse sera remise chaque année à un étudiant d’une université canadienne qui, à l’image de Paul, est animé d’une passion et possède des aptitudes pour l’économie des minéraux. 

Les candidats doivent effectuer un baccalauréat ou une maîtrise en économie, ou une maîtrise en administration des affaires dans une université canadienne. Les étudiants peuvent soumettre leur candidature jusqu’au 15 mai 2014, et la bourse sera octroyée pour l’année scolaire 2014-2015. 

Les candidats doivent être inscrits à temps plein en deuxième, troisième ou quatrième année d’un baccalauréat en économie, ou en première ou deuxième année d’une maîtrise en économie ou d’un programme de M.B.A. Leurs travaux scolaires courants ou planifiés doivent également témoigner de leur intérêt pour l’économie des minéraux.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires concernant la bourse et les critères d’admissibilité, visitez www.mining.ca.

Le Canada célèbre la Semaine minière nationale du 12 au 18 mai

 
Chaque année, Ressources naturelles Canada (RNCan) organise les activités de la Semaine minière nationale, qui souligne le rôle de l’exploitation minière dans la vie des Canadiens. Ce rôle est perceptible de diverses façons; sur le plan de l’économie, des emplois qui soutiennent directement et indirectement le secteur et des produits dont nous avons besoin tous les jours.

La Semaine minière nationale s’ajoute aux autres semaines minières organisées par les provinces tout au long de l’année. Ces semaines mettent en évidence la place fondamentale qu’occupe l’industrie minière au sein de l’économie nationale et dans presque toutes les régions du Canada. 

Connaissez-vous le rôle des activités minières au Canada?
  • L’apport de l’industrie minière au PIB du Canada est supérieur à 52 milliards de dollars, et l’industrie représente 20 % des exportations de marchandises totales. 
  • Les sociétés minières versent chaque année des taxes et redevances de plusieurs milliards de dollars aux gouvernements canadiens. En 2012, ces sommes se sont chiffrées à plus de 6,6 milliards de dollars.
  • Environ 400 000 personnes travaillent dans l’industrie minière à l’échelle du pays et, selon les prévisions, on devra embaucher 145 000 nouveaux travailleurs au cours de la prochaine décennie pour remplacer les retraités et pourvoir les nouveaux postes.
  • L’industrie minière soutient le deuxième secteur d’approvisionnement en importance dans le monde, après les États-Unis, faisant appel à plus de 3 200 entreprises Å“uvrant notamment en génie, en construction et dans le domaine financier. 
  • En 2012, la valeur de la production minérale du pays s’est chiffrée à 47 milliards, et le Canada se classe parmi les cinq premiers producteurs de potasse, d’uranium, d’aluminium, de platine, de diamants et de nickel. 
Il est important de noter que le niveau de contribution et de présence actuel de l’industrie minière au Canada ne doit pas être tenu pour acquis. La force du Canada dans l’industrie minière et les emplois et contributions économiques qui s’y rattachent ne sont pas immuables. Le Canada figure sur une longue liste de pays offrant d’intéressantes possibilités sur le plan minier et boursier, et l’industrie a besoin d’un cadre économique et réglementaire particulier pour se développer.

Pour en savoir plus sur l’industrie minière canadienne ainsi que son apport au Canada et ailleurs, consultez notre rapport Faits et chiffres 2013 à l’adresse www.mining.ca. Vous trouverez de plus amples renseignements à propos de la Semaine minière nationale sur le site Web de RNCan, www.nrcan.gc.ca.
À propos de l’Association minière du Canada
 
L’Association minière du Canada est l’organisme national qui représente l’industrie minière canadienne. Ses membres, qui sont responsables de la majeure partie de la production canadienne de métaux de base et précieux, d’uranium, de diamants, de charbon métallurgique, de pétrole extrait des sables bitumineux et de minéraux industriels, sont présents dans les secteurs de l’exploration minérale, de l’exploitation minière, de la fonte, de l’affinage et de la fabrication de produits semi-finis.
 
Visitez notre site Web ici   •   Suivez-nous sur Twitter
Copyright © 2014 Mining Association of Canada, All rights reserved.



unsubscribe from this list    update subscription preferences