Parcours
Infolettre, Mars 2012
Bonjour <<First Name>>

De la part de l’équipe de Parcours (‘Stepping Stones’) à Londres, nous vous saluons et sommes heureux de partager avec vous la cinquième édition de notre infolettre, dans laquelle nous examinerons les mécanismes de surveillance et d’évaluation mis en place dans les projets de Parcours. En cliquant sur les mots soulignés, vous pourrez accéder à des documents connexes. Le succès de tout organisme dépend sur sa capacité de suivre un processus de surveillance et d’évaluation continuel de son travail.
 
Le 8 mars marque la Journée mondiale de la femme. Nous tenons à utiliser cette occasion pour souligner qu’il reste encore beaucoup à faire dans le développement d’outils de surveillance et d’évaluation capables de mesurer les changements subtils qui s’effectuent dans les relations sociales entre les femmes et les hommes. Il existe cependant des ressources utiles, dont le wiki de surveillance et d’évaluation d’AWID. Ce dernier démontre comment différents barèmes et approches à la surveillance et à l’évaluation peuvent être adaptés pour mieux comprendre les changements complexes survenant suite à des interventions axées sur le droit des femmes et l’égalité des genres.

Dans leur article "Saisir L'évolution Des Réalités Des Femmes" (2011) 
Srilatha Batliwala et Alexandra Pittman identifient cinq objectifs à accomplir dans un processus de surveillance et d’évaluation 


Mais nous savons tous et toutes que l’atteinte de ces objectifs peut s’avérer difficile. Dans certains cas, la surveillance et l’évaluation ne sont qu’une arrière-pensée. Un manque de ressources peut contribuer au développement de processus de surveillance et d’évaluation inadéquats. La pression de satisfaire les bailleurs de fonds, afin d’assurer un renouvellement du financement, peut également influencer ces processus. Dans les paragraphes à venir, nous examinerons certains de ces enjeux, et des solutions qui existent pour y pallier.


Questions et réponses


Nous avons demandé à des membres de Parcours de partager leurs expériences
liées à la surveillance et à l’évaluation, et d’identifier des stratégies pour le futur.


Dr Alice Welbourn,
Directrice de la Fiducie Salamander (‘Salamander Trust’) et Directrice de Parcours

Quels ont été les plus grands défis dans la surveillance et l’évaluation de Parcours? 

Nous faisons face à des défis continuels en ce qui a trait à la surveillance et l’évaluation de Parcours. Il est particulièrement difficile de trouver une  approche qui est à la fois économique et pratique pour les organismes aux ressources humaines et financières limitées, mais qui est quand même assez rigoureuse et systématique pour rencontrer les exigences académiques et des donateurs. Un très grand défi!
 
Par exemple, le projet ‘Randomised Control Trial’ de Parcours, mené par le Conseil pour la recherche médicale de l’Afrique du Sud (Jewkes et al 2008) était si dispendieux qu’il a seulement été possible de le mener avec deux groupes de jeunes, plutôt que les quatre groupes recommandés. La réussite qu’a eue ce projet est donc tout un accomplissement. Même si  plusieurs autres organismes impliqués avec Parcours soulignent des résultats similaires, ces derniers sont souvent marginalisés comme étant une forme d’évidence basée sur l’anecdote, plutôt que des standards de collecte et d’analyse de données officiellement reconnus. 


Comment pouvons-nous surpasser cet obstacle?

Une solution possible consisterait à adopter une approche d’évaluation ‘combinée’--comme nous l’avons fait dans la combinaison des approches thérapeutiques et préventives—étant donné qu’une approche unique ne pourra jamais se prêter à tous les contextes. Un rapport récent d’AWID puise d’une analyse de 37 organismes européens oeuvrant pour le droit des femmes, et qui reçoivent des fonds du gouvernement néerlandais. Il suggère 13 stratégies, qui sont tout à fait pertinentes dans le cadre du travail de Parcours  (Srilatha 2011). Vous trouverez de plus amples informations sur ces résultats en cliquant ici.
 


Paranita Bhattacharjee,
Directrice de programmes, La fiducie Karnataka pour la promotion de la santé, Inde

Quels outils avez-vous mis en place pour améliorer la surveillance et l’évaluation? 

Dans le cadre de notre projet, nous avons développé un barème de surveillance et d’évaluation pour les ateliers de Parcours. Les indices de surveillance incluaient le nombre de participants présents, la fluidité des ateliers, les plans d’action développés dans le cadre de ces ateliers, et les changements observés dans la communauté. Nous avons également entrepris une évaluation quantitative (en utilisant un sondage anonyme) et qualitative (par le biais de groupes de discussion et de partage d’histoires), afin de mieux comprendre les changements dans les connaissances, les attitudes et les pratiques liées au VIH et au genre.
 
Je crois que le processus adopté par Parcours permet une auto-évaluation efficace. Le premier atelier sur les joies et les difficultés de la sexualité, ou sur l’amour, les idéaux romantiques ou la prise de risques, peuvent être utilisées comme ligne de base. Des ateliers similaires sont menées après 6 ou 8 mois avec le même groupe, pour mesurer les changements dans les connaissances, les attitudes et les pratiques. 


Quels sont les obstacles que vous avez rencontrés?

L’obstacle principal est le manque de professionnel qualifié. Nous avons besoins d’individus qui peuvent rendre ce processus plus scientifique (ou acceptable aux chercheurs et académiques), tout en analysant des données qualitatives et les représentant sous forme de tableaux d’une manière acceptable au monde de la recherche. Je pense que nous devons trouver une façon d’atteindre ces objectifs (en déterminant les méthodes d’échantillonnage, les formations à mener, et comment analyser les données) et en rencontrant les attentes de tous les partis. Cette évaluation peut être menée par un chercheur venu de l’extérieur, en utilisant les données collectionnées dans le cadre des ateliers de Parcours. Tout en étant économique, cette approche pourrait s’avérer très efficace. 

"Parcours est la première intervention en prévention du VIH en Afrique axée sur le changement des comportements
à avoir atteint un si haut niveau de surveillance et d’évaluation"(Jewkes et al, Afrique du Sud, 2007) 

                                                                                 


 


Robyn Drysdale (photographié avec un des formateurs de Parcours, Henry Oti),
Ex-directeur du Conseil d’expertise en prévention du VIH de la région du Pacifique

Comment avez-vous introduit Parcours dans la région du Pacifique?
Parcours a d’abord été introduit dans deux pays de la région du Pacifique (Fidji et les îles Solomon) en 2006, par le Projet régional VIH de la région du Pacifique et le Secrétariat de la Communauté Pacifique. En tant que Conseiller en prévention de la région du Pacifique de 2004 à 2007, j’étais membre de cette équipe, et je suis devenu un formateur pour le programme. En se basant sur le travail et note formation, nous avons développé une version du manuel de Parcours spécifiquement pour la région.

Comment avez-vous développé la trousse d’outils de surveillance et d’évaluation de Parcours pour les îles du Pacifique?
Afin de concorder avec le mandat de Parcours, toutes les méthodes de surveillance et d’évaluation devaient être participatives. L’évaluation participative tente d’impliquer autant d’individus que possible, dont les gestionnaires, les formateurs, les participants et la communauté où le projet de Parcours a lieu. L’approche participative est forte dans sa grande inclusion, vu qu’elle permet aussi bien au personnel qu’aux participants et à leurs communautés de contribuer à l’identification de succès et d’échecs. Afin d’y parvenir, nous avons étudié et adapté plusieurs outils. La trousse qui en résulte contient trois outils simples, qui ont été sélectionnés vu leur capacité de recueillir des données pertinentes et utiles sur les changements individuels et au niveau de la communauté. En utilisant ces outils, les gestionnaires du programme peuvent en apprendre d’avantage sur le progrès du projet dans les communautés, les changements apportés par Parcours, et les stratégies à adopter pour améliorer ces résultats.

Quels outils de surveillance et d’évaluation avez-vous utilisés, et pourquoi? 

1.Un outil d’auto-évaluation par la communauté — pour mesurer les changements d’attitude dans la communauté. Cet outil permet aux communautés d’identifier leurs propres forces et faiblesses en relation au VIH, et de mesurer les changements d’attitudes. Ce processus prend place avant et après les ateliers de formation. Il a été adapté du barème d’auto-évaluation en matière de compétences des communautés, développé par l’ONU-Sida. 

2.Un outil pour mesurer les enjeux liés au genre (l’échelle G) — qui mesure les attitudes dans la communauté quant à l’égalité des genres (entre les hommes et les femmes). Des questionnaires simples ont été utilisés avant et après l’intervention de Parcours. Toutes les questions étaient liées aux relations de genre, dans les familles et dans les communautés. C’est une adaptation de l’échelle GEM développée par le Projet H en Afrique du Sud. 


3.La technique du changement le plus significatif (CPS) — cette approche mesure les changements au niveau des individus et des communautés, en puisant de leurs histoires. Un aspect central de l’approche repose dans la question ouverte posée aux participants, telle que : ‘Dans le cadre du projet de Parcours, quels sont les changements importants qui ont eu lieu dans votre communauté?’ Cette approche s’inspire du modèle de Rick Davies, développé 1996. 

Exemple d’un entretien suite à une formation de Parcours : "Avant, j’avais honte de parler de sexualité et de VIH dans mon village. C’est un sujet tabou. Par la suite, je suis devenu beaucoup plus confiant. Je parle ouvertement et j’essaie de conscientiser les autres au sujet du VIH. Je pense qu’il est très important d’essayer de briser les tabous qui contribuent à la transmission de ce virus."

Quels sont les obstacles principaux dans cette approche à la surveillance et l’évaluation?       
  • Trouver un ‘noyau’ Parcours dans les pays, avec des individus capables de contribuer de manière continue à la motivation et au développement des compétences des formateurs communautaires. Ces groupes doivent également être en mesure d’utiliser des données relatives à la surveillance et à l’évaluation, chose qui n’est pas toujours évidente. 
  • Garder un niveau constant de surveillance et d’évaluation au niveau des régions –contribuer aux formations en surveillance et en évaluation et offrir du soutien aux communautés avant et après les évaluations. 


Des outils de surveillance et d'evaluation, pour vous aider. 

Le journal du formateur communautaire – un outil de surveillance

Cet outil facilite la collecte de données et d’information alors que vous offrez les ateliers de formation Parcours. (Ce journal peut être téléchargé du site web de Parcours)

Outil de surveillance et d’évaluation pour les programmes communautaires de Parcours dans la région du Pacifique— Un guide pratique


Cet outil offre des stratégies pratiques pour  la collecte de données liées aux changements individuels et au niveau des communautés, qui résultent des interventions de Parcours. Vous pouvez télécharger cette ressource en cliquant ici.



Utiliser une approche de Cartographie
des incidences avec Parcours en Amérique Centrale

Entre 2009 et 2012, une équipe de conseillers, dont Javier Pacheci Arriera, Rosa Isabel Garza Amandine Bollinger, Marjolein Jacobs, Carlina Velez et un groupe de formateurs, ont contribué à l’adaptation d’une Cartographie des incidences pour développer des outils de surveillance et d’évaluation pour Parcours en Amérique Centrale. L’approche a été sélectionnée pour sa capacité de mesurer des changements de comportement alors qu’ils traversent différentes étapes. Ce travail a mené à la création d’un procédé systématique de surveillance et d’évaluation des interventions de Parcours au niveau régional. 
 
"Développer ce projet constituait non seulement un travail d’amour, mais une solidification de plusieurs aspects fondamentaux. Un point focal de notre travail était de maintenir une transparence --dans nos relations avec les bailleurs de fonds, dans la gestion technique et administrative des équipes, et dans ce que les programmes de Parcours peuvent offrir aux communautés alors qu’elles en sont au tout début." Javier Pacheco Arriera, Facilitateur du projet de Cartographie des incidences

 Vous pouvez lire le rapport d’Amandine Bollinger, au sujet de ce processus, en cliquant ici.



         

UNE ÉVALUATION RÉCENTE DE PARCOURS


L’année passée, Bradley et al. ont mené une évaluation du programme de Parcours en Inde, pour BioMedCentral (BMC)

Sommaire
L’évaluation avait pour but de mesurer trois éléments clés :

- l’impact des formations de Parcours sur les participants
- l’impact des formation de Parcours sur les amis et les connaissances des participants
- l’impact des formations de Parcours sur les communautés

Outils de surveillance et d’évaluation :
  1. Entretiens avec les anciens participants des programmes de Parcours et leurs amis proches
  2. Questionnaires anonymes menés auprès des anciens participants, les membres de leurs communautés et de communautés n’ayant reçu aucune formation
Résultats
-La formation a et un impact important sur les participants, quoique ces changements ne se répercutent pas toujours au niveau de la communauté
-La formation offerte par Parcours à changé les attitudes des gens face au VIH et aux relations entre les genres

Cliquez ici pour lire l’évaluation complète : "Evaluation of Stepping Stones as a tool for changing knowledge, attitudes and behaviours associated with gender, relationships and HIV risk in Karnataka, India."



       Un résultat qui s’est particulièrement démarqué dans cette évaluation était le fait que dans certains cas,
       les ateliers de Parcours à Karnataka semblaient avoir changé les comportements des participants de
       manière significative, alors que leurs attitudes demeuraient inchangées. 



Ceci va à l’encontre des modèles traditionnels de santé publique et les interventions en VIH, qui se basent sur une progression linéaire : 
 
Intervention >>  Changement d’attitude >> Changement dans les comportements
 
Selon notre expérience, le modèle linéaire ne capture pas bien la complexité des réponses aux interventions. Par exemple, plusieurs fumeurs savent que fumer est nocif à leur santé, et se le font dire par leurs médecins, mais ils continuent de fumer. Pourquoi?
 
Selon vous, quels changements se produisent en premier-- les changements dans les comportements ou les changements dans les attitudes? Le changement peut-il s’effectuer dans différentes directions? Nous aimerions entendre vos opinions et les obstacles auxquels vous avez fait face. Partagez-les avec nous en contribuant au forum électronique. Si vous n’êtes pas déjà membre, vous pouvez le devenir en cliquant ici, et vous créant un profil. Nous vous invitons à nous faire part de vos idées et suggestions. 


Enjeux étiques à prendre en considération
 
Souvenez-vous toujours des aspects étiques de votre collecte de données. 
Les participants peuvent faire face à des niveaux élevés de détresse après les entretiens,
surtout s’ils doivent se souvenir de moments stressants ou difficiles.
 
Afin de réduire ces risques, assurez-vous que :
-la personne qui mène l’entretien est formée pour poser des questions avec empathie
-l’entretien se termine sur une note positive, de manière à souligner les accomplissements de la personne;
-la personne en entrevue a la chance de se reposer pour 30 minutes après l’entretien,
avant de retourner à la ‘vraie vie.’
 
NB : Les personnes qui mènent les entretiens peuvent également être stressées par le processus,
et il se peut qu’elles aient besoin de soutien. Sur le terrain, les coordinateurs de recherche doivent
s’assurer que le personnel reçoit un soutien approprié. 


Ressources recommandées sur la surveillance et l’évaluation

-Batliwala, S et Pittman, A (2010) Capturing Change in Women’s realities (Saisir L'évolution Des Réalités Des Femmes)
-Le Wiki d’AWID sur la surveillance et l’évaluation, une collection de ressources
-Davies, R, sur la technique du changement le plus significatif(CPS)
-La coalition de femmes vivant avec le VIH, infolettre de Parcours au Malawi
-Wallace, Tina (2006), Action Aid International, Évaluer Parcours
-Accord (2007), Implementing Stepping Stones: A Practical and Strategic Guide for Implementers, Planners and Policy Makers

 
Copyright © 2012 Salamander Trust, All rights reserved.
Le contenu créé par Nell Osborne. Traduction par Sophie Wertheimer