Copy
Logo

Le FacLab comme instrument pédagogique: un exemple de mise en œuvre

Par Laurent Moccozet

Le concept de base du FacLab consiste à implanter un FabLab dans un environnement académique. Du point de vue de l’enseignement, un des objectifs consiste à explorer les utilisations du FacLab dans l’enseignement formel pour expérimenter d’autres approches pédagogiques. Dans ce contexte, j’ai commencé à revoir un de mes enseignements, le cours « services et technologies multimédia » pour tirer profit des capacités du FacLab tout en respectant son fonctionnement. Le thème du cours le rend particulièrement adapté pour cette approche. La suite de cet éditorial propose un retour d’expérience sur la démarche suivie pour réaliser cette intégration.

C’est une démarche que j’ai entreprise depuis l’année dernière. Mais les conditions d’enseignement à distance imposées par la pandémie de COVID n’ont pas permis une réalisation intégrale. La fabrication nécessite pour le moment d’être « sur place » pour accéder aux équipements. Ce semestre, avec la reprise des cours en présentiel, est donc la première itération réelle de cette refonte du cours, qui en nécessitera sans doute plusieurs avant d’atteindre un format stable.

Initialement, le cours « services et technologies multimédia » traitait du multimédia en l’abordant par les types de contenus : image 2D et 3D, son, vidéo et de leurs applications.

Du point de vue du contenu, le cours a d’abord été recentré sur deux types de contenus : la 3D et la 2D vectorielle avec pour objectif de les étudier dans deux cadres d’applications : intangible et tangible. Le cadre intangible est celui qui peut être considéré comme « traditionnel » et concerne le développement de contenus 2D et 3D numériques interactifs. Le cadre tangible est vraiment la nouvelle dimension, qui peut être introduite de façon pratique dans le cours grâce aux capacités disponibles au FacLab.

Il est important que ce ne soit pas un simple prétexte pour introduire des technologies « ludiques » ou à la mode. Produire un contenu numérique 3D, que ce soit pour le jeu vidéo ou pour l’impression 3D, présente des similitudes, mais aussi des différences qu’il est intéressant d’étudier et de comprendre. Le contexte et l’objectif d’utilisation d’un contenu multimédia ont un impact fort et immédiat sur sa production.

On retrouve cette dualité en 2D, avec le SVG, Standard Vector Graphics, format 2D vectoriel relativement ancien, développé par le consortium W3C, qui est un bon exemple de format utilisé à la fois pour la fabrication et le web. Un contenu au format SVG statique peut être fourni en entrée à une découpeuse comme plan de découpe d’un objet en 2D. Un contenu au format SVG dynamique ou interactif peut être intégré dans une page web pour produire une visualisation de données avec laquelle l’utilisateur-trice pourra interagir. Le format est le même dans les deux cas d’application et permet de décrire des contenus 2D, mais les notions mises en jeu pour les produire sont différentes.

L’intégration de la fabrication tangible dans le cours n’a pas eu un impact que sur la partie pratique, mais aussi sur la partie théorique.

En parallèle de la révision du contenu théorique du cours, des ressources technologiques à utiliser pour la mise en pratique ont été sélectionnées. Le choix actuel s’est porté sur :

  • OpenSCAD pour la modélisation 3D pour l’impression,

  • Unity pour la production de contenus interactifs 3D,

  • SVG.js pour la production de contenus interactifs 2D sur le web,

  • Et un éditeur de SVG, type Boxy SVG, pour la modélisation 2D pour la découpe.

Cette sélection permet de couvrir les domaines d’application de la 2D et 3D prévus.

Ensuite, il a été question de rendre les capacités d’impression 3D et de découpe 2D du FacLab accessibles aux étudiant-es du cours en les formant à leur utilisation afin de les rendre autonomes. Cet aspect d’autonomisation est du reste prévu dans le fonctionnement courant du FacLab. Ainsi, les étudiants ont pu utiliser ces capacités pour réaliser leurs travaux pratiques. Pour cela, deux séries de deux séances chacune, adaptées au cours, ont été développées et sont données au FacLab par David Ott. Une pour l’impression 3D et une pour la découpe 2D.

Enfin, des travaux pratiques à réaliser comme exercices d’application ont été définis. Le recours à un FabLab se fait à priori pour résoudre un problème concret. Pour l’impression 3D, un projet en étude à l’institut Clairbois a été l’occasion de tester l’utilisation d’un cas réel pour produire des objets 3D à imprimer.

La résidence de Pinchat de l’institut Clairbois se trouve à quelques centaines de mètres des locaux du FacLab. Elle accueille des jeunes adulte en situation de handicap en résidence.

Le secteur du handicap est particulièrement intéressé par la fabrication 3D. Il existe même le REHAB-LAB, qui est un FabLab intégré, qui permet aux patients et résidents de participer au développement d’aides techniques par l’impression 3D.

Un projet à l’étude à Clairbois, qui ne dispose pas des compétences de fabrication nécessaire, consiste à expérimenter le recours à des objets imprimés en 3D comme support de communication améliorée et alternative (CAA) avec certains résidents.

La réflexion a donc consisté à définir ce projet comme contexte pour les exercices de production et d’impression d’objets 3D du cours. Par ailleurs, cette démarche correspond aussi à la mission de service à la cité du FacLab et à la volonté de l’ouvrir aux habitants et aux acteurs locaux du quartier.

Un bilan sera à faire à la fin du semestre, mais un premier constat est la difficulté d’établir un cadre de communication et d’échange approprié entre l’institut et les étudiants pour leur permettre d’avoir une compréhension suffisante du contexte et des besoins. Si l’expérience autour de projet concret est reconduite, il faudra intégrer des séances spécifiquement dédiées à l’appropriation du contexte.

Evidemment, cette expérience vient naturellement nourrir le projet FabLearn qui est une Résidence Permanente du FacLab et dont l’objectif est de construire un référentiel de pratiques pédagogiques autour du FacLab.

Activités du mois d’avril 2022

Pour des raisons de logistique, l’inscription aux formations est obligatoire. Voici donc ce que nous vous avons préparé pour ce mois:

Vous retrouverez tous les événements à venir sur notre site.